Syndicat C.G.T.
INSEE PICARDIE

LE COLLIMATEUR
4 mars 2005

 

1°) Des moyens pour l'INSEE PICARDIE

Actuellement, nous sommes 112 à l'INSEE PICARDIE, mais le départ en retraite que nous avons connu en février n'est pas encore enregistré officiellement. De même, 3 contrôleurs vont partir suite à des mutations et un à deux départs supplémentaires pourraient se produire avant la fin de l'année pour des raisons diverses. Dans le même temps, seules 3 arrivées sont prévues - les 3 contrôleurs issus du concours externe - puisque ceux du concours interne sont restés comptés dans l'effectif de la direction régionale. Par conséquent, si rien n'est fait, le solde pour la fin d'année sera négatif. On est donc loin de l'effectif de 115, voire 120, promis par la DG dans son plan " INSEE 2004 ". Et cela ne tient pas compte des absences possibles (réussite aux concours, maladie de longue durée) qui pourraient réduire encore le nombre de personnes à la DR.

Or, on sait que moins d'effectifs, c'est moins de possibilités de mobilité offertes, tant internes qu'externes. De plus, la charge de travail, notamment au deuxième semestre 2005, est importante dans certaines divisions, à tel point que l'on craint d'y manquer de moyens.

Aussi, il n'est pas envisageable d'accepter une réduction des effectifs qui engagerait la direction régionale dans une spirale de régression qui ne serait pas sans conséquence. En effet, parallèlement, le rapport d'audit de l'INSEE par l'Inspection des Finances (rapport " Dane ") préconise, entre autres " qu'il convient de poursuivre la réorganisation territoriale (de l'INSEE), notamment par une spécialisation accrue des DR, en distinguant celles qui conserveront des sites de production ou des pôles de compétence nationaux, et celles qui se limiteront à de simples fonctions de front-office, adossées sur le réseau de l'institut. " En clair, cela vise à réduire encore la gamme de travaux qui seront dans l'ensemble des DR et à créer des DR de " seconde zone " avec peu de compétence et donc d'effectifs.

C'est pourquoi les objectifs que la CGT de l'INSEE PICARDIE a fixé à la direction de l'INSEE PICARDIE sont plus que jamais d'actualité. La section CGT a largement contribué à faire que l'INSEE PICARDIE soit l'établissement qui, des 4 anciennes très petites structures de l'INSEE (Caen, Ajaccio, Besançon et nous), compte le plus d'effectifs et soit le seul à compter des pôles de compétence (on se souvient de la lutte pour le CNGP et des interventions à propos du Bassin parisien). C'est pourquoi nous agirons de la même façon pour que l'INSEE PICARDIE ne voit pas ses missions et effectifs actuels amputés.

D'autant que des personnes veulent venir à l'INSEE d'Amiens : 3 adjoints administratifs de l'INSEE ont demandé leur mutation pour la DR sans avoir satisfaction, plusieurs autres ont demandé un détachement pour la DR. Cela faisait longtemps que la DR n'avait pas attiré autant de personnes. Autant ne pas les décevoir, surtout qu'on en a besoin. Aussi, à la direction d'agir pour qu'elle atteigne au moins un de ses " objectifs " cette année !

2°) Constitution européenne

Vous serez appelé(e) d'ici l'été à vous prononcer par référendum sur le projet de constitution européenne. Chacun se déterminera comme il l'entend. Sachez que deux articles nous concernent directement en tant qu'agents de l'INSEE.

Le III 429 sur l'établissement des statistiques. Il suscite plusieurs remarques. D'abord, il associe le système statistique européen et celui organisé par les Banques centrales et la Banque européenne. De toute évidence, cela ne peut pas être mis sur le même plan, ne serait-ce parce que les objectifs ne sont pas les mêmes. De plus, les affaires de manipulations des chiffres comptables, par la Grèce notamment, pour faire croire que le pays satisfaisait aux critères d'appartenance à l'Union européenne (critères de Maastricht), montrent que le système des banques n'est pas garant de l'indépendance qui nous est nécessaire. De plus, si certains principes concernant les établissements statistiques sont affirmés (impartialité, fiabilité, objectivité, confidentialité), il est rajouté un principe d' " efficacité au regard des coûts " qui permet de restreindre le domaine de production et d'études statistiques, si cela est jugé trop coûteux ou trop sensible. Enfin, l'article se conclut par une phrase sur le fait de ne pas " entraîner de charges excessives pour les opérateurs économiques ". Le MEDEF ne dirait pas autre chose ! On peut ainsi, sur ce critère, supprimer des enquêtes que l'on trouverait trop " gênantes ".

L'article I - 51 sur la protection des données. Il réaffirme le droit de toute personne à la protection des données à caractère personnel la concernant. Cela reprend donc les règles européennes jusqu'alors définies. Sauf que ces principes sont largement remis en cause par les politiques sécuritaires.

3°) Services sociaux

Le conseil d'administration des Services sociaux de la Somme a lieu mardi 8 mars. Différents thèmes seront abordés, en particulier le bilan de l'année 2004. N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques, souhaits ou propositions en matière de restauration, logement, prêts, loisirs, séjours de vacances, médecine de prévention, arbre de Noël, Point écoute (entretien avec un psychologue), etc.

4°) Divers

* Locaux des Services sociaux. L'opération relogement des Services sociaux à Amiens 2 avec des services de la Trésorerie aurait du plomb dans l'aile, faute de financement. En ce cas, il nous semble que le départ des Services sociaux et, par voie de conséquence, le déménagement des locaux " Recensement de la population " ne devraient plus être à l'ordre du jour ! A suivre…

* 19H. C'était l'heure limite du soir qui devait être instaurée pour la plage variable, au lieu de 18H30 actuellement. L'idée a germé chez la direction voici 9 mois. Peut-être est-il temps d'en accoucher. Sinon, il y a un problème de crédibilité de propos tenus par cette même direction.

* Prime de performance. Un de nos nombreux ministres des Finances, N. Sarkozy, voulait instaurer une prime de performance de 450€ pour les agents les plus " méritants ". Aux dernières nouvelles, cette prime irait plutôt aux agents concernés par des réformes et/ou restructurations de services, la notion de performance semblant disparaître. Mais l'information date du temps du ministre Gaymard… A suivre.

* SIRENE diffusion. On est tellement habitué à ce que l'INSEE renonce à ses missions que la nouvelle serait passée presque inaperçue. Début avril, les demandes de SIRENE Diffusion ne seront plus traitées par les personnels de diffusion de chaque direction régionale, mais réorientées vers un seul pôle (Nantes). Encore un travail de proximité et de conseil qui disparaît. Demain, on parle même de supprimer les centres d'appel chargés de répondre aux demandeurs d'information INSEE (Paris, Rouen, Strasbourg). En effet, à force de dire à ceux-ci d'aller voir sur Internet, eh bien, ces demandeurs téléphonent moins. Ou bien ils vont directement voir sur Internet, ou bien, ils se passent de l'INSEE. A force de dire que ces demandeurs ne nous intéressent plus, il ne faut pas s'étonner qu'ils se débrouillent sans nous !

* 10 mars, tous ensemble. Pour la première fois de l'année, salariés du public et du privé, enseignants et lycéens, l'ensemble des syndicats, ont décidé de s'unir pour faire du 10 mars une journée de grèves et de manifestations pour défendre l'emploi, les 35 heures et le pouvoir d'achat. Nous y reviendrons.

Les revendications de cette journée ne prennent toutefois pas en compte le relogement et l'embauche d'un nouvel SDF et sans emploi, M. Gaymard.