Syndicat C.G.T.
INSEE PICARDIE

LE COLLIMATEUR
3 septembre 2007

 
1°) Effectifs

Evoltion effectifs 2001-2007

Les effectifs de la direction régionale de Picardie vont bientôt tomber sous le seuil de 100. Cela est le résultat d'un manque de dynamisme, tant pour les travaux que pour le renouvellement du personnel. En quelques mois, la direction a non seulement stoppé le développement de la DR qui était continu depuis des années mais a nettement fait régresser la DR. Et on arrive à ce paradoxe : des divisions manquent de personnel, d'autres de travail ! Mais le point commun de tous, c'est l'absence de perspectives !

2°) Création de pôles

On sait que la direction de l'INSEE PICARDIE a refusé d'avoir un pôle administratif. Du coup, on se retrouve dans le flou le plus total, dans l'attente de récupérer des bouts de travaux ici ou là, sans trop savoir la charge de travail que cela peut représenter ni le calendrier. Bref, on subit.

Or, 2008 va être marquée par une extension des pôles " Paye ". Deux ont été créés à Caen et Clermont-Ferrand. Chacun gérait la paye de 2 DR. En 2008, chacun va gérer 3 autres DR supplémentaires, soit 5 au total. Autant, nous sommes toujours favorables à une gestion administrative de proximité à l'INSEE, c'est-à-dire la présence d'un maximum de services dans chaque DR, autant, à terme, on va vers une généralisation de ces pôles. On voit bien que Caen pourrait s'occuper des DR du grand Ouest, Clermont-Ferrand du Centre et du Sud. Il y a sans doute à terme la place pour un à deux nouveaux pôles Paye, dont un pour la région Nord-Est. Et si la Picardie se positionnait sur ce créneau ? Cela lui ferait au moins une perspective…

3°) Toshiba : quel danger ?

Depuis des mois, la presse informatique répercute les problèmes de fiabilité des batteries Sony équipant un certain nombre d'équipements informatiques. Des rappels massifs de matériels Dell, puis Apple équipés de ces batteries, ont eu lieu en 2006 à la suite d'incendies de micros équipés de ces batteries. Depuis le début 2007, des articles avertissent que les portables Toshiba équipés de batterie Sony présentent les mêmes dangers. Après avoir contesté ces informations, Toshiba procède à son tour à un programme de retour des portables et d'échange des batteries.

L'Insee possède un certain nombre de ces portables, qui équipent les enquêteurs, mais également d'autres agents de l'Institut. Face à cela, la direction de l'INSEE a tenté de garder le silence le plus total sur les dangers encourus par les utilisateurs, demandant la plus totale confidentialité sur ces problèmes. Il a fallu que les syndicats dénoncent publiquement l'affaire pour que l'INSEE daigne enfin informer les intéressé(e)s et s'engage dans un programme d'échange des batteries rapide (au départ, il devait s'étaler sur 6 mois !)

Cette attitude n'est pas très rassurante sur la façon dont l'INSEE considère la santé et la sécurité de ses personnels.

4°) Salaires : il y a urgence

Le 17 juillet, le ministre de la Fonction publique, M. Woerth, maire de Chantilly, a refusé d'ouvrir des négociations sur les salaires des fonctionnaires. Mieux : il refuse l'augmentation généralisée du point d'indice, préférant les mesures conduisant au salaire au " mérite " et veut réserver des moyens pour les heures supplémentaires.

Une étude de l'INSEE a pourtant montré qu'il y a urgence à revaloriser nos salaires. Elle indique que le salaire net moyen des fonctionnaires a diminué de 0,9% en 2005 (contre +0,9% en 2004). De même, si le salaire net moyen des personnes en place à la fois en 2004 et 2005 augmente de 0,4%, l'effet carrière est de +1,8%. En clair, si vous étiez fonctionnaire en 2004 et 2005 sans changement d'échelon ou de grade, votre pouvoir d'achat a diminué.

Cette vérité a eu le don d'énerver le secrétaire d'État à la Fonction publique, M. Santini, qui a " jugé l'étude de l'INSEE totalement erronée ". Mais s'est contredit juste après en déclarant " que l'année 2005 avait enregistré un nombre important de jours de grève et donc de retenues sur salaire ", admettant indirectement et maladroitement le bien fondé des résultats de l'étude.

5°) Santini bis

" Il n'est pas normal que 24% de la population active soit fonctionnaire ". Ces déclarations revanchardes d'un homme de droite sont celles de…M. Santini, le secrétaire d'État à la Fonction publique !

Pauvre M. Santini. Il est fâché avec les chiffres. Déjà, il ne comprend rien aux études de l'INSEE (voir ci-dessus), mais en plus, il ne sait plus compter. En effet, la Fonction publique au sens large (État, Hospitalière et Territoriale) ne représente que 18,7% de la population active, dont 18% de non-titulaires. De plus, la plus forte croissance des effectifs vient des collectivités territoriales, dont les " patrons " sont majoritairement des élus de droite comme lui. D'ailleurs, une telle augmentation a eu lieu à la mairie d'Issy-les-Moulineaux dont le maire est… M. Santini !

En fait, ce monsieur, plutôt que d'avoir une vision dogmatique et sectaire de la société, devrait revoir ses bases. Mais il est vrai qu'on manque d'enseignants pour faire de l'éducation, les besoins étant particulièrement forts dans l'éducation continue et la remise à niveau, qui serait utile à M. Santini.

6°) Bercy beaucoup

Il paraît qu'il faut faire des économies. Sauf quand on est au sommet de l'État ! Ainsi, En 2003, l'État a vendu un de ses bâtiments à Paris à une société privée pour 85 millions d'euros. Aujourd'hui, le Ministère des affaires étrangères vient de racheter l'immeuble pour 376,5 millions d'euros : c'est 4,5 fois le prix d'origine, 291,5 millions de plus-value en moins de 4 ans. Une bonne affaire, mais pas pour les contribuables…

7°) En bref

* Portables RP. Les DG vient de commander 621 micros portables pour le RP. Ils sont destinés à remplacer ceux actuels qui n'ont que 4 ans d'âge, sont encore très convenables pour l'usage qui en fait et sont très sous-employés. Donc, disons-le franchement, c'est encore un beau gâchis financier. Mais puisque les nouveaux sont arrivés, les anciens (25 en Picardie) vont être sans doute réformés et vendus. Aussi, nous demandons qu'un système soit trouvé pour que les salariés de l'INSEE puissent bénéficier prioritairement, sous une forme à définir, de cette vente. Après tout, vu l'état de nos salaires, un coup de pouce " en nature " ne ferait pas de mal.

* LOLF. Nous arrivons bientôt en fin d'année et, il y a de fortes chances qu'il y ait des " surplus " budgétaires. En effet, à force de faire un budget comprenant une masse salariale pour 106 à107 personnes à l'INSEE PICARDIE et de se retrouver à à peine 100 en réalité, on arrive à dégager de la " fongibilité asymétrique " comme diraient nos technocrates de comptables, c'est-à-dire des crédits de paye à reporter sur les crédits de fonctionnement. Aussi, si vous avez des demandes, faites remonter !

* Censure. Le Conseil constitutionnel a censuré le 16 août la mesure de crédit d'impôt sur les intérêts d'emprunts immobiliers en cours, promesse-phare de Sarkozy en limitant la mesure aux propriétaires qui achèteront après la promulgation de la loi. Il n'a fait que rappeler un principe vrai depuis toujours en France : une loi ne peut être rétroactive. Sarkozy, comme tout homme politique, le savait, il a donc menti en faisant cette promesse.

* Après Weight Watchers et Slim. Fast, la RGPP. La RGPP, c'est le petit nom de la " révision générale des politiques publiques ". Elle est engagée en plein mois de juillet. Cette réforme importée du Canada devrait plutôt s'appeler " privatisation générale des services publics ". Il s'agit d'adopter un plan triennal 2009-2011 de restrictions budgétaires tous azimuts. La RGPP s'attaquera en particulier aux hôpitaux, aux allocations, aux retraites de la fonction publique, aux aides au logement, aux enseignants, etc, bref, à tout ce qui caractérise le service public !

* Élections des représentants en CAP. Les représentants du personnel qui siègent en CAP (commission administrative paritaire) sont élus sur listes syndicales tous les trois ans environ. Ces CAP décident, notamment, des promotions et mutations et peuvent se prononcer sur certains aspects de la vie administrative du personnel (notation, détachement, titularisation, etc.). Les prochaines élections auront lieu le 20 novembre en région, le 4 décembre à la DG. Nous y reviendrons.