Syndicat C.G.T.
INSEE PICARDIE

LE COLLIMATEUR
6 décembre 2005


1°) Evolution à moyen terme de l'INSEE : la vérité est ailleurs

La direction de l'INSEE prépare son plan " Moyen terme " pour l'INSEE en 2010. Elle a même convoqué un Comité technique paritaire ce 6 décembre pour en discuter avec les organisations syndicales. Les objectifs de ce plan sont clairs : réduire les effectifs et les missions de l'INSEE. Sauf que… cela ne doit pas être dit ! Ainsi, le rapport sur l'action régionale indiquant la fermeture de tous les bureaux d'information et une sélection accrue de nos publics et de nos productions, dont nous vous avons fait écho en septembre, n'existe officiellement toujours pas ! Il en est de même des orientations pour l'organisation et la localisation des pôles SAR et leurs conséquences en terme de réductions d'effectifs dans les SAR non pôles !

Pourtant, la direction de l'INSEE ne parvient pas à tout cacher, d'autant que certains chefs de SAR et SED contestent fortement les orientations choisies. D'où certains " aveux " qui montrent que la vérité n'est pas dite. Extraits :

* Mi-octobre, le directeur de l'INSEE PICARDIE : " Les effectifs de la DR devraient rester stables d'ici 2010 avec 110 personnes ". Mi-novembre, le directeur général de l'INSEE : " On ne peut donner aucun engagement sur l'évolution des effectifs tant que le contrat pluriannuel 2007-2009 de l'INSEE ne sera pas signé ". De ce fait, il y a seulement 3 engagements : attention particulière aux DOM et à la Corse (stabilisation à La Réunion et à la Dirag (143 en 2010) croissance en Corse (50 en 2010), aucune DR sous les 85 personnes en 2010 (sauf les premières citées), essai de compensation dans les DR où une décroissance des effectifs est à prévoir, dont la Picardie (voir ci-dessous). En clair, rien ne permet d'affirmer aujourd'hui le maintien des effectifs à la DR.

* Mi-octobre, le directeur de l'INSEE PICARDIE : " Nous postulons sur des pôles SES (Estel) et pour récupérer les enquêtes Ménages de Seine-Saint-Denis (la DR de Rouen ne voulant pas " lâcher " le Val-d'Oise ) ". Mi-novembre, le directeur général de l'INSEE : " Pour les établissements où une décroissance des effectifs est à prévoir, création de 6 pôles SAR dans les DR suivantes : Auvergne, Basse-Normandie, Franche-Comté, Limousin, Picardie et essor du pôle de Poitou-Charentes ". D'après nos informations, les décisions sur le contenu des pôles SAR se feraient au printemps 2006.

* Informatique en région : le sujet n'est même plus abordé dans le projet moyen terme, mais, dernier exemple en date, le chef de la GIIR de Dijon (cadre A), ne sera pas remplacé. Autant dire que la demande de la Picardie d'avoir un cadre A à la GIIR était une diversion, l'objectif étant d'en réduire les effectifs. Et les propos de la direction nationale en ce domaine pour " rassurer " ne sont pas… rassurants : le CNI de Lille survivra sous une forme réduite (car les personnels ont réagi) et la charge de travail devrait se maintenir car " il n'y a plus autant d'argent pour sous-traiter ". En clair, s'il y a de l'argent, on réduira encore l'informatique INSEE

A la lumière de ces informations, on peut se poser la question du crédit à accorder à certaines déclarations faites à la DR, d'autant que ceux qui les font ne seront plus là pour les assumer.

Soyons plus clairs que la direction. Elle a son projet, mais refuse de le dévoiler et d'en discuter. Comme toujours, le contenu véritable du projet 2010 dépendra essentiellement de la mobilisation dans chaque DR. Celles qui bougeront limiteront la casse, tant pis pour les autres !

2°) Notation-Evaluation : le boycott

Les entretiens d'évaluation commencent. Le manque actuel d'organisation des travaux à la DR et l'incapacité de la direction a donné des perspectives fiables pour l'avenir, et donc de fixer des objectifs crédibles, sont déjà des raisons suffisantes pour boycotter les entretiens d'évaluation. De plus, les premières CAP de mutation montrent que l'on risque fort de ne pas aller vers un renforcement des effectifs en 2006. Donc, il faudra faire son travail avec, sans doute, moins de postes.

De plus, il faut savoir que l'évaluation n'aura aucun lien avec la notation. On pourra vous dire que tout est parfait, mais la note ne suivra pas car le système est toujours le même : on favorise certains pendant plusieurs années pour les passages au choix (en B et A) et les changements de niveau (AAP 2ème clase, AAP 1ère classe, B principal) au détriment des autres qui peuvent attendre 4 ans pour espérer une bonification d'un mois !

Enfin, suite à certaines questions, même en cas de boycott, on doit vous fournir la fiche de vos objectifs qui, rappelons-le, sont définis sans vous, sont ceux de votre supérieur déclinés pour qu'il atteigne les siens, et ne sont, de fait, jamais modifiés après l'entretien !

3°) Mutuelle

Pour se conformer aux volontés européennes, qui sont celles des assureurs privés, l'INSEE ne mettra plus à disposition de la Mutuelle de locaux et personnels, ce qui la met en péril. L' " arrangement " proposé par la direction de l'INSEE pour 2006 est de supprimer les permanents dans les grosses sections ou de créer 12 postes par détachement, qui seraient de droit privé. Mais c'est encore l'inconnu pour 2007. Aussi, il faut protester contre cette situation (voir les propositions de la mutuelle), pour que l'Etat revoie sa position : l'INSEE doit continuer à financer notre mutuelle. D'ailleurs, puisqu'on veut faire comme dans le privé, allons jusqu'au bout de la logique : il faut savoir que les grosses entreprises prennent en charge, partiellement ou totalement, les cotisations mutuelle de leurs salariés. A quand le financement de nos cotisations par l'INSEE ?

4°) Conseil national de l'information statistique (CNIS)

L'INSEE, tant au plan national que local, informe rarement le personnel de ce qui se passe au CNIS, cette instance qui est chargée de définir les besoins et orientations de la France en matière de statistique. Pourtant, l'Institut devra bientôt lui rendre des comptes, ce qu'il ne faisait pas jusqu'alors. C'est d'autant plus important que le constat est que l'INSEE n'écoutait que peu les demandes exprimées au CNIS et, au contraire, faisait beaucoup d' " autosaisine ". Et dire qu'en région, elle veut l'interdire aux DR !

Autre remarque intéressante de ce CNIS : sa critique de RESANE. RESANE, c'est le nouveau projet de l'INSEE pour 2010 portant sur la production, les études et la diffusion de statistiques d'entreprises. C'est même l'unique projet de travaux nouveaux pour 2010, puisque l'autre, INES (fourniture de statistiques d'état civil pour la carte d'identité numérisée), est reporté. Or, le projet passe mal. L'INSEE veut en effet développer surtout la connaissance des grands groupes, répondant d'avoir au vœu… du MEDEF (le grand patronat). Du coup, le petit patronat (CGPME) est mécontent, car cela risque d'appauvrir la connaissance sur les PME. Ce débat illustre bien le penchant actuel de l'INSEE et ses orientations futures.

Même tendance pour ce qui est des " études d'impact ", c'est-à-dire ces études qui visent à mesurer les conséquences de la suppression d'emplois ou d'entreprises sur la vie économique d'un territoire donné. Le retentissement des premières études de l'INSEE de Marseille conduit le MEDEF (toujours lui) à vouloir empêcher de nouvelles réalisations. Nous demandons, au contraire, que l'INSEE de Picardie s'engage dans de telles études dès 2006.

5°) Divers

* Statut des attachés. Voici les derniers échos, faute d'informations. A ce propos d'ailleurs, la règle à l'INSEE est que tout est désormais secret, surtout quand cela intéresse l'avenir du personnel ! C'est pour cela que l'INSEE multiplie sa communication : plus elle le fait, moins elle dit de choses. Donc, pour les attachés, on irait vers l'abandon de l'idée de fusion avec le corps des attachés de Centrale (Ministère des Finances à Paris) et de l'Equipement. En revanche, il pourrait y avoir fusion avec certains chargés de mission. A suivre…

* Significatives, les enquêtes de l'INSEE ? INSEE Info Service a voulu savoir ce qu'on pensait de sa lettre électronique. Il a lancé un questionnaire et analysé les réponses, notamment les centres d'intérêt des lecteurs. On peut cependant douter de la valeur de ces résultats car le taux de réponse est de 1,9% ! L'échantillon n'est donc pas significatif. Mais il est vrai que l'INSEE pour communiquer s'embarrasse de moins de moins de rigueur et de déontologie.

* Informatique, c'est déjà Noël. Comme chaque année, le solde des crédits auxquels a droit la DR ne sont débloqués qu'en fin d'année. Du coup, la direction dépense sans demander l'avis au personnel. Cette année, elle a décidé de remplir sa hotte de produits informatiques : du matériel pour améliorer le réseau (ce n'est pas un luxe), 32 micros portables pour les enquêteurs avec extension mémoire et clé USB, plus de 70 écrans plats ! Il ne manque qu'une chose : des informaticiens ou informaticiennes !