Syndicat C.G.T.
INSEE PICARDIE

LE COLLIMATEUR
8 novembre 2004

 

1°) Notation - Evaluation

La réforme de la notation - évaluation coince à l'INSEE. Malgré une débauche d'efforts de la direction pour persuader le personnel des bienfaits de sa nouvelle purge (dommage qu'autant de moyens ne soient pas mis en œuvre pour les travaux !), la mobilisation contre ce projet s'accroît. Ainsi, dans un tiers des directions régionales (DR), les entretiens seront boycottés par le personnel. Dans la moitié des DR, l'action prendra la forme d'un refus de signer les objectifs proposés par la direction. Ces deux moyens d'exprimer son refus d'un tel système sont donc très majoritaires. Nous vous appelons à faire de même, en adoptant l'une ou l'autre de ces actions.

Par ailleurs, le désaccord sur la réforme gagne de plus en plus de cadres. Ainsi, dans certaines DR, comme à Amiens, Montpellier, Lyon, Lille, Nantes, des chefs de divisions ont refusé de mettre en application le système. A Nantes, une enquête menée en juin dernier auprès des cadres de la DR montre leur refus de croire la " bonne parole " de la direction : 59% pensent que l'exercice de fixation des objectifs individuels n'est pas adapté au management de la fonction publique (il est vrai qu'on a un train de retard car le privé abandonne progressivement ce système !), 58% disent que la notation ne doit pas reposer sur ces objectifs et 67% estiment que la connaissance de leurs objectifs (aux cadres) n'aura aucune conséquence sur leurs pratiques (résultats consultables sur le site Intranet de la DR de Nantes).

Bref, dans un contexte où tout est fait pour imposer la pensée unique de la direction - la réussite de cette réforme a même été déclarée à la DG prioritaire par rapport les travaux ! - la notation - évaluation est encore loin d'être entrée en pratique à l'INSEE.

N.B. : il y a moins d' " empressement " de la direction à informer les chefs de division pour savoir si, dans le cadre de la LOLF, les budgets demandés pour 2005 sont acquis, ou encore, faire connaître les lignes directrices du programme de travail 2005 de l'INSEE PICARDIE !

2°) Objectifs

Alors que la direction de l'INSEE veut imposer des objectifs individuels à chacun de nous, il faut savoir qu'elle a déjà décidé d'objectifs collectifs pour chaque DR. Sans consultation de qui que ce soit, il a été établi une douzaine d'indicateurs pour mesurer si les DR atteignaient les objectifs fixés … par la DG.

La manière illustre bien ce qui se fera pour les entretiens individuels. D'abord, c'est le sommet de la hiérarchie qui fixe seul les objectifs. Le subordonné n'a rien à dire.

Ensuite, on mesure si l'objectif est atteint avec un indicateur déterminé par la hiérarchie seule. ET C'EST FOLKLORIQUE. Ainsi, l'avancement du recensement est mesuré par le nombre de questionnaires saisis. Or, le travail est réalisé par … un sous-traitant ! De plus, c'est la DG qui lui a fixé l'ordre du travail de saisie. Comme la Picardie a été mise en dernier, eh bien la DR est … dernière pour cet indicateur. Comme tout a été réglé en février dernier, cela fait donc 6 mois qu'on connaissait ce résultat … qui ne veut rien dire !!! Autre exemple : SIRENE. Les 10 DR qui font ce travail sont classées selon le nombre de liasses automatisées et le nombre de création de numéros SIRENE dans les 24 heures. Or, dans le premier cas, l'indicateur dépend de nos partenaires extérieurs (CCI, Greffes, etc.) qui automatisent ou non leurs transmissions, dans le second, il ne prend pas en compte les disparités de moyens en personnels en DR pourtant soulignées par différents conflits récents !

On peut multiplier les exemples qui montrent que la DG fixe des objectifs sans tenir compte des moyens, des difficultés de terrain, bref, de la réalité. Pourtant, ce sont ces objectifs qui vont servir à déterminer les DR " méritantes ", qui auront droit à un peu plus de crédits ou de primes que les autres. C'est dire l'absurdité du système. Pourtant, c'est ce système que l'on voudrait généraliser avec les objectifs individuels.

3°) Effectifs

Un des enjeux de l'enveloppe budgétaire 2005, la LOLF, est de déterminer si oui ou non, nous serons, à l'INSEE PICARDIE, 115 personnes comme prévu. Si l'enveloppe salariale n'est pas acquise, les postes ne suivront pas. Si les postes diminuent, cela a une conséquence : reculer d'autant la mobilité géographique de celles et ceux qui le souhaitent. En effet, sans effectifs maintenus ou en croissance, les mobilités vont être ralenties, chaque départ étant soumis à remplacement. En clair, si cela continue, tout postulant au départ devra d'abord … trouver son remplaçant.

De plus, cela s'inscrit dans un contexte d'accélération des réductions d'emplois à l'INSEE. Ainsi, on le voit pour les mutations de C : faute de concours et de créations de postes pour remplacer les départs en retraite, l'offre se limite à une poignée de postes (16) dans peu de DR.

Pour 2005, c'est 100 postes à l'INSEE qu'il est prévu de supprimer. Déjà, de 1990 à 2003, 341 agents n'ont pas été remplacés. C'est l'équivalent d'une DR comme Toulouse rayée de la carte ! Il y a urgence à inverser cette évolution. D'autant que réduction des effectifs est souvent synonyme de réduction de nos missions de service public.

Moins de postes, c'est aussi, à terme, moins de promotions possibles.

4°) Salaires

Entre le 1er janvier 2000 et le 31 octobre 2004, la valeur du point de la fonction publique a baissé de 4,8%. En valeur cumulée, mois après mois, ces pertes représentent, en moyenne, l'équivalent d'un mois de salaire.

La conséquence de ces reculs est la diminution de la part des rémunérations des fonctionnaires de l'Etat dans les richesses créées : en 1999 et 2003, elle est passée de 4,38% à 4,25%.

A cela, il faut ajouter de nouveaux prélèvements en perspective : l'élargissement de l'assiette de la CSG et du CRDS de 95% à 97% du salaire brut et la cotisation pour le régime de retraite additionnel, qui se traduira par une baisse de salaire pouvant atteindre 1%.

Pourtant, après 0% sur les salaires en 2003 et 0,5% en 2004, le budget ne prévoit, pour l'instant, aucun crédit pour revaloriser le point d'indice en 2005 ! A nouveau 0% pour les salaires ?

C'est pourquoi les principaux syndicats de la Fonction publique, CGT, FSU, UNSA, FO, organisent une première riposte à l'occasion du " rendez-vous salarial " avec le secrétaire d'Etat à la Fonction publique. Ils vous appellent à participer au

RASSEMBLEMENT POUR LES SALAIRES, L'EMPLOI ET LE SERVICE PUBLIC

LUNDI 8 NOVEMBRE

17H30 - Place Gambetta - AMIENS