Syndicat C.G.T.
INSEE PICARDIE

LE COLLIMATEUR
22 janvier 2008

 

1°) L'INSEE transformé en agence !

Jacques Attali, ancien conseiller de François Mitterrand, fait partie de ces nombreux politiciens dit " de gauche " à s'être rallié à Sarkozy. Ce dernier en échange l'a chargé de faire des propositions pour redynamiser l'économie. En fait, il s'agit de définir une politique économique favorisant le capitalisme et de supprimer tout ce qui peut gêner la recherche du profit maximum. Bien sûr avec un tel objectif, M. Attali s'est bien rendu compte qu'avec ses études et ses indices de prix et de chômage bien qu'imparfaits, l'INSEE est un obstacle à une telle politique. D'où sa proposition 247 de transformer l'INSEE en agence, dont le gouvernement fixera les objectifs et contrôlera les résultats. Le directeur de l'agence pourra venir du public comme du privé et les salariés être sous contrat de droit public ou privé ! En clair, c'est ce qui s'est passé à France Télécom, par exemple, et ça s'appelle une privatisation ! Mais rassurons-nous : il y aura bien un dirigeant de l'INSEE qui nous dira qu'il n'y a rien à craindre... Car à l'INSEE, on fait de la communication et pas de l'information !

2°) Un nouveau show sur fond de baisse d'effectifs

Fin décembre, l'affectation des contrôleurs en formation à Libourne a confirmé la volonté de la direction de l'INSEE de ne pas tenir ses engagements pour l'INSEE PICARDIE. Avec la nomination de 5 contrôleurs à Amiens, dont le retour des 3 internes, l'effectif de la direction régionale sera au mieux de 100... à condition de compter celles et ceux absents de longue durée (y compris ceux absents depuis 3 ans, par exemple) ! Autant dire que les promesses faites au plan national des 110 personnes en 2010 étaient un mensonge que la direction locale a pourtant relayé maintes fois au plan local.

La première conséquence est que des postes dont les titulaires sont partis en 2007 ou vont partir en 2008 seront supprimés. Ils sont déjà déterminés, au SES et aux Etudes notamment, mais pas annoncés officiellement. En attendant, il y a urgence d'utiliser la possibilité budgétaire d'embaucher des vacataires.

La seconde est que cela affaiblit la direction régionale pour l'accueil de nouveaux travaux.

La troisième est que la direction de la DR a décidé de réunir en février les chefs de division pour leur parler de l' " avenir " de la direction régionale. Le dernier " séminaire " du genre remonte à octobre 2005, où la direction avait fait des annonces, soit fausses, soit démenties par la suite (arrivée d'un pôle, maintien d'ECMOSS, etc.). L'objet de ce nouveau show (au résultat aussi catastrophique que le précédent ?) est sans doute de préparer le terrain des nouvelles orientations, puisque la direction générale a récemment annoncé son désir de réviser son plan pour 2010, avouant au passage ne plus se sentir engagée par ses orientations antérieures. Bref, il s'agit d'officialiser de nouvelles régressions, tant en terme d'effectifs que de missions de service public. L'exemple type est la future diffusion des résultats du recensement de la population où les incertitudes sont grandes sur les capacités de l'INSEE à pouvoir répondre à la demande " faute de réseau de diffusion approprié ". Un comble quand on sait que cette réflexion provient des mêmes qui ont œuvré pour démanteler les services de diffusion de l'INSEE !

3°) Indice des prix : +2,6% en 2007 !

Le 15 janvier dernier, l'INSEE a publié l'indice des prix de décembre, +0,4%, soit une inflation de 2,5% en 2007 (2,6% avec le tabac) ! Souvent mis en avant, la hausse du pétrole n'explique qu'une partie de cette augmentation. Les prix de l'alimentation (+3,2%), les loyers et l'entretien des logements (+3,3% et 3,8%), l'eau (+5,4%) ont aussi fortement progressé. Et dire que le ministre de l'Economie a affirmé il y a une semaine que l'inflation " serait de 1,5% en 2007 " (France 2 le 5 janvier 2008) ! Avec des " spécialistes " pareils, pas étonnant que l'on nous dise que notre pouvoir d'achat augmente sans hausse de nos salaires ! Une raison supplémentaire de faire grève le 24 janvier.

En tout cas, cela montre qu'avec une telle différence d'évolution entre les prix et nos salaires, on peut très bien se trouver en difficulté financière sans " s'être créé de nouveaux besoins ", comme certains autres soi-disant spécialistes l'affirment…

4°) Rattrapage salarial pour les CMC de l'Insee

Un rattrapage des primes par rapport aux autres agents du ministère est en cours pour l'ensemble des personnels titulaires de l'INSEE. Ce rattrapage est très inégalitaire puisque sur 3 ans, les administrateurs auront un rattrapage moyen de 1000€ par mois contre 24€ par mois pour les B et C. Il est aussi injuste pour les CMC (chargé de mission contractuel) de l'INSEE en CDI, car rien n'a été fait pour eux, malgré une promesse de revalorisation des primes des CMC I et II à partir de janvier 2008 et de celles des CMC III et IV courant 2008. De plus, les CMC n'ont pas non plus obtenu d'amélioration de leur grille indiciaire, alors que cela a été le cas, ces dernières années, de celles des attachés et administrateurs. Or, avant, ces grilles étaient alignées. Aussi, les élus CGT en CCP (équivalent des CAP pour les CMC qui ne comportent que des élus CGT) ont demandé que soient mis à l'ordre du jour de la prochaine CCP du 8 février la revalorisation des primes des CMC, l'alignement des grilles des CMC sur celles des titulaires de niveau équivalent, le versement aux CMC au dernier échelon de leur grade d'une indemnité similaire à celle des titulaires.

5°) En bref

* Enquête emploi en continu. Suite aux inexactitudes du taux de chômage qui a conduit l'INSEE à sous-estimer VOLONTAIREMENT le taux de chômage pendant la campagne des présidentielles, une commission avait préconisé le doublement de l'échantillon de l'enquête emploi de l'INSEE. Résultat : l'échantillon ne sera augmenté que de 50%. De plus, J-P. Cotis, le nouveau directeur de l'INSEE, a précis devant la presse le 9 janvier que, pour cela, " on va redéployer un certain nombre de moyens à l'intérieur de la maison ". En clair, pour répondre à une demande importante, on va en sacrifier d'autres !

* Evaluation. Les ministres seront évalués. Ce serait risible s'il n'était pas question de la conduite de l'Etat, car, jusqu'à preuve du contraire, les seuls juges de l'action du gouvernement, ce sont les électeurs. De plus, comme à l'INSEE, certains indicateurs sont folkloriques. Ainsi, la ministre de la Culture sera jugée en fonction du nombre d'entrées des films français. Peu importe la qualité, il faut faire du chiffre ! Et elle compte pour cela sur le prochain Astérix pour venir à son secours.

* La claque de Sarkozy. Pour ses vœux aux fonctionnaires, Sarkozy a mobilisé tous les Préfets pour rassembler des agents de l'Etat afin d'assister et d'applaudir son discours. Selon le rapport des RG, le taux de refus pour faire la claque à Sarkozy fut très important. Voilà un bon indicateur, mais qui n'est malheureusement pas retenu pour évaluer le travail de Sarkozy.