Syndicat C.G.T.
INSEE PICARDIE

LE COLLIMATEUR
24 mai 2007

 

 1°) Réorganisation de la DR

La fermeture de l'espace de consultation de l'INSEE PICARDIE a été l'occasion pour la direction de restructurer l'organigramme de la diffusion au SED. Le résultat est une liste de divisions dont le contenu en terme de charge de travail, malgré des termes bien ronflants, laisse à désirer, tout comme la méthode.

Il faut en effet savoir que la direction a suivi ce qui avait été fait à Marseille en 2006 et que le résultat était connu avant les groupes de travail. Mais pour faire croire à un semblant de concertation, ces groupes de travail ont été instaurés. A noter que leur composition a étonné, puisque certains ne paraissaient pas être souhaités pour en faire partie : on a ainsi désigné les membres, qui ont accepté ou pas. Ainsi, officiellement, les idées ne viennent pas de la direction. En prime, on a droit à des propositions de réaménagements de locaux. Là encore, il y a souvent doute matière à réflexion et discussion, mais c'est tout aussi dommage quand cela se fasse sans les intéressés.

Mais cet épisode n'est qu'un nouvel exemple de la vraie fausse concertation qui existe dans cette DR : on avait décidé depuis longtemps de faire un bureau de secrétaires. Aussi, on a fait des réunions, mais la décision est celle fixée depuis le début ! Pour les locaux, c'est la même orientation : ce n'est pas le côté fonctionnel qui est privilégié à priori, mais financier. Enfin, il faut arrêter de faire de restructurations tous les 2 à 3 ans qui s'accompagnent immanquablement des déménagements et de travaux dans les bureaux ! Sans trop se tromper, on peut déjà dire que des parois qui vont être déplacées dans moins d'un an le seront dans les 3 à 5 ans qui viennent ! Il serait peut-être temps de se calmer.

Enfin, cette restructuration cache mal l'absence de perspectives et le repli sur soi de la DR. Ainsi, l'absence de conseil pour la diffusion " grand public " est mal ressentie par un public qui a des difficultés à s'y retrouver sur le site Internet de l'INSEE, quand il a Internet bien sûr ! D'ailleurs, le fait que la direction veuille un maximum de " polyvalence " dans les postes masque surtout le fait du manque de consistance de certains travaux, incapables d'offrir des postes à temps plein et dont la fragilité fait même craindre pour leur pérennité. Quand on sait que déjà ECMOSS va quitter la DR, que la cartographie pourrait connaître un avenir difficile si les préconisations d'un rapport sur ce domaine sont suivies, on voit que même la perspective d'être une simple DR de " production " n'est pas acquise !

De plus, la DR est désormais " cataloguée " à la DG comme n'étant pas vraiment demandeuse d'un pôle depuis son refus des propositions dans le domaine administratif où elle était prioritaire. C'est regrettable car la distribution est en train de se faire et que le " test " des pôles de paye de Caen et Clermont semble, pour la DG, positif, ce qui pourrait conduire à les généraliser. Pour nous, la " délocalisation " des services administratifs n'est pas une bonne chose. Raison de plus que, si regroupement de plusieurs DR il y a au nord de Paris, cela se situe à Amiens.

En tout cas, ce manque de dynamisme et ces fortes incertitudes pour l'avenir contribuent à une démotivation (normale) du personnel.

2°) Primes : rattrapage à 2 vitesses

Depuis l'automne 2006, les primes des personnels de l'INSEE sont progressivement revalorisées pour réduire l'écart existant avec les agents du Minefi en poste en administration centrale. Sauf que cette revalorisation est l'occasion de creuser un peu plus le fossé entre les différents grades. Alors que ce rattrapage est de l'ordre d'une centaine d'euros par an pour les C et B, il atteint de 1200 à 3000 euros pour les Attachés et 3 à 4 fois plus pour les Administrateurs ! Quand on voit que la direction de la DR considère (voir note sur la mobilité interne) qu'un C et un B ou un contrôleur divisionnaire et un A peuvent faire le même travail, il faut alors pousser la logique jusqu'au bout, à savoir réévaluer vraiment les salaires et primes de tous !

3°) Effectifs

Les résultats et affectations de postes du concours d'adjoint administratif ne sont pas connus (on n'en est qu'à l'oral pour l'externe). De ce fait, on ne sait pas combien de personnes viendront en Picardie. De plus, le risque est que les externes, faute de réponse rapide, aient trouvé d'autres emplois quand on leur indiquera leur affectation.

Parallèlement, l'INSEE devrait embaucher 17 PACTE, des salariés sans formation embauchés de façon précaire avec possibilité d'être titularisés au bout de 2 ans et payés entre 55 et 70% du SMIC. Si ouvrir la Fonction publique à celles et ceux qui n'ont pas de diplôme est une bonne chose, il ne faut que ce soit l'occasion d'accroître les emplois précaires (déjà 18% des postes des 3 fonctions publiques).

4°) En bref :

* Douanes. Les douaniers ont fait l'objet de toute l' " attention " de certains candidats à l'élection présidentielle, qui affirmaient que leur nombre avait été maintenu alors qu'il n'y a plus de frontières. C'est faux. En 20 ans, les Douanes ont perdu 5000 postes sur 24000 ! Or, la mondialisation a entraîné une nette hausse des échanges, qui font que, faute de moyens humains, la possibilité d'être contrôlé par les Douanes diminue. Pas étonnant que dans le même temps, la fraude (fiscale et de marchandises), la contrefaçon, les trafics en tous genres augmentent. Mais peut-être est-ce l'intérêt de certains…

* Colloque sur les chiffres du chômage. La controverse sur les chiffres du chômage a marqué la campagne électorale présidentielle. Elle a permis de dénoncer les dérives du traitement statistique du chômage, qui a atteint ces dernières années des sommets inégalés. Pour que cette crise débouche sur des avancées concrètes, syndicats et associations proposent des " États généraux des chiffres du chômage et de la précarité ". Ils auront lieu le Mardi 29 mai, 13h30-18h00, à l'ASIEM, 6 rue Albert de Lapparent, 75007 Paris. C'est ouvert à tous.

* MM. Borloo et Woerth se partagent Bercy. M. Borloo est notre nouveau ministre de tutelle, puisqu'il a sous son autorité de nombreuses directions, notamment une partie du Trésor et de la politique économique, la direction générale des entreprises, celles de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes et celle de l'Insee. La tutelle de la direction de la législation fiscale (Impôts), généralement rattachée au ministre du budget, est placée sous la double autorité des deux locataires de Bercy. Ce " découpage " de Bercy peut avoir des conséquences sur certains organismes (services sociaux par exemple) ou même sur le statut de certains personnels. A suivre…

* Ménage. La direction de l'INSEE demande au personnel le ménage de pointer. Sauf que c'est totalement interdit ! En effet, l'INSEE ne peut enregistrer des données pour des agents dont il n'est pas employeur et en plus les fournir à une personne extérieure non habilitée par le protocole d'usage des badgeuses. Il serait bon que l'INSEE se montre garant du secret statistique…