Syndicat C.G.T.
INSEE PICARDIE

LE COLLIMATEUR
26 mai 2009

 

1°) Délocalisation à Metz

La direction de l'Insee, comme le ministère de l'Économie, refuse de dire où en est le projet de délocalisation de la statistique publique. Lors de la rencontre avec le cabinet de la ministre de l'Économie, Mme Lagarde, le 14 mai, la réponse est: " nous n'avons pas l'autorisation de vous en dire plus, mais tout va bien ! ". Et pourtant, c'est loin d'être le cas :

Le directeur général a avoué que le ministère du Budget a émis des réserves sur le dossier. Pas étonnant que dans la période, le gouvernement tique sur le coût du projet !

De plus, le cabinet Lagarde a bien confirmé que la règle d'un départ à la retraite sur deux non remplacé continue de s'appliquer à la statistique publique. Dit plus clairement, il n'y aura pas de rehaussement du plafond d'emploi, donc pas de sureffectif temporaire pour gérer l'éventuelle transition avec Metz. Pourtant, c'était une condition que le rapport Cotis/Duport jugeait indispensable pour que le projet ne soit pas voué à l'échec. Rappelons que le non-remplacement suffisant des départs en retraite va aboutir à la baisse de 1 000 à 1 500 agents d'ici 2015.

Le dossier du projet de délocalisation a déjà été examiné lors d'une réunion interministérielle, début mai, qui n'a pas été décisionnelle. Il est donc important de réaffirmer notre rejet de ce projet, dont le montant financier n'est pas acceptable dans la période, et de toutes façons à "hauts risques" même avec les moyens demandés par le rapport Cotis/Duport.

Deux actions sont prévues à l'Insee : un rassemblement national à Paris mi-juin avec des rencontres à l'Assemblée nationale et des interventions lors des réunions interrégionales (à Lille pour l'interrégion Nord-Est le 19 juin).

2°) Un peu de convivialité

Le 5 juin, le personnel a rendez-vous le matin pour prendre le car et se rendre à la mer afin de " passer un moment en commun ". Ce temps sera " naturellement " compté comme un temps de travail. C'est ce qui se passera dans quelques jours… au Conseil régional de Picardie ! Et ni la Région, ni les lycées, qui en dépendent ne seront fermés ! Cet exemple montre que la décision de la direction de l'Insee Picardie de refuser, contrairement au passé, d'accorder un crédit horaire à celles et ceux qui participent au repas de l'APIA le 5 juin est caractéristique d'un manque total d'esprit de convivialité.

Dans la même ligne, la direction de l'Insee Picardie veut conditionner l'octroi de délais de route, dès que le déplacement professionnel excède une journée, à la négociation avec le chef de service, puis à une validation du comité de direction. Cette mesure technocratique est la porte ouverte à un règlement intérieur à la tête du client ! Ce n'est pas acceptable et contraire à l'esprit même d'un règlement qui doit prôner l'équité ! Nous avons demandé l'avis de la direction générale sur cette mesure.

Notons que ces mesures mesquines correspondent surtout à une tactique de la direction : elle veut focaliser l'attention du personnel sur des mesures administratives, en espérant détourner son attention de l'essentiel, à savoir l'avenir de la DR. Car, en ce domaine, contrairement aux autres DR, la direction est beaucoup moins en verve !

3°) Manifestation le 26 mai

Les mobilisations de ce début d'année ont rassemblé plusieurs millions de salariés, le 29 janvier, le 19 mars et le 1er mai. Malgré tout, le gouvernement persiste dans sa volonté de laisser les salariés encaisser seuls les conséquences de la crise financière. Les banques et les entreprises ne doivent pas être les seules à bénéficier des aides gouvernementales ! C'est pourquoi nous devons à nouveau faire pression sur le gouvernement.

Par ailleurs, le projet de loi "mobilité des fonctionnaires", après avoir été retardé d'un an, est en voie d'être examiné. Le gouvernement a annoncé sa volonté de le faire voter avant l'été. Rappelons que ce projet de loi permettrait de mettre en disponibilité d'office les fonctionnaires qui auraient refusé trois propositions de postes différents. A un moment où elle parle de délocaliser et de réduire les travaux, la direction de l'Insee assure ne pas vouloir utiliser cette possible disposition. Mais ne perdons pas de vue que nous nous trouvons dans un contexte où le reste de la Fonction publique perd énormément de postes et où trouver un poste convenant à un agent (type de travail, lieu...) sera loin d'être évident !

Enfin, notre pouvoir d'achat recule. Une occasion de rattraper ce retard est d'aligner les primes de B et C de l'Insee sur celles du Ministère des Finances à Paris (Centrale). Autant de raisons de participer au rassemblement interprofessionnel unitaire d'aujourd'hui (surtout qu'il a lieu à côté de l'Insee !).