Syndicat C.G.T.
INSEE PICARDIE

LE COLLIMATEUR
20 février 2004

 

Le 26 février 2004, vous allez désigner vos représentants aux commissions administratives paritaires (CAP). Ces commissions sont consultées principalement pour les mutations, détachements, notations, avancements, titularisations, sanctions disciplinaires. Mais ces élections servent aussi à déterminer la représentativité syndicale au sein des comités techniques paritaires (CTP) qui examinent les grandes orientations de l'INSEE, en particulier les travaux.

Toutefois, les décisions et orientations prises au niveau national, tant à l'INSEE qu'au plan ministériel, peuvent encore être aménagées ou modifiées au niveau local. C'est là qu'intervient l'action syndicale.

Quelques exemples :

* Pour les superviseurs du recensement, la consigne nationale était d'accorder un forfait pour les déplacements d'octobre à décembre. A Amiens, le temps réel a été pris en compte
* Pour la rentrée scolaire, les heures utilisées pour accompagner leurs enfants ne devaient pas être comptées comme temps de travail. A Amiens, les heures d'absence ont été créditées comme les années précédentes.
* Les " petites " directions régionales ne devaient pas avoir de pôles de compétence. Amiens est le seul des 4 anciens services régionaux (Ajaccio, Besançon, Caen) a en avoir, même si cela demeure fragile et qu'il faut régulièrement veiller à leur maintien et/ou développement. Nous avons à ce titre défendu la présence du CNGP à Amiens en 2001 : nous écrivions en février 2001, au moment du choix de la DG de faire partir les travaux à Paris qu'il faudrait au contraire qu'Amiens " récupère l'ensemble de la gestion des publications INSEE et participe même au développement du Web Commerce " ! Cela est en passe de se réaliser, mais il aura fallu du temps à la DG pour revenir sur cette erreur et écouter le bon sens. De même, nous demandions en mars 2001 au directeur général, lors de sa visite à Amiens, la création d'un 4ème pôle de compétence. Cela est plus que jamais d'actualité.

Le rôle du syndicat, c'est aussi de veiller à prendre le meilleur des décisions nationales (lorsqu'elles peuvent être favorables au personnel) ou à minimiser leurs effets (quand elles sont défavorables).

* Ainsi, nous sommes contre le principe de la NBI qui attribue une prime à celles et ceux qui font un travail à un moment donné, la liste des travaux et la période de référence étant décidées par la DG. Outre le fait que les stagiaires n'y ont pas droit et parfois que seule une partie de l'équipe chargée du travail reçoit cette NBI, il y a des personnes qui ne seront jamais, ou pas au bon moment, sur des travaux donnant droit à la NBI. Aussi, nous intervenons régulièrement pour que la NBI locale (décidée en DR) permette de corriger un peu ces inégalités
* Dans un autre domaine, nous avons régulièrement demandé à ce que les instances INSEE ou ministérielles, qui font des préconisations ou qui offrent des possibilités (CHS notamment) soient prises en compte à la DR. Cela a permis d'obtenir les fontaines d'eau (demandées bien avant la canicule de l'été 2003), des stores, les aménagements d'horaires pendant la canicule, etc. Nous espérons que d'autres demandes telles les stages de conduite ou l'insonorisation de certains locaux du 3ème étage (cafétéria, salle de réunion) seront aussi satisfaites.

Notre priorité a été également de faire que les travaux et les emplois à la direction régionale se développent.

* Plus de travaux, c'est aussi plus de services offerts, plus de résultats pour les usagers, c'est aussi plus de diversité en interne pour permettre à celles et ceux qui le désirent une mobilité. Dans cette optique, nous intervenons régulièrement pour favoriser les enquêtes d'initiatives régionales, source de travaux de production et d'études supplémentaires. Dans cette optique, pour éviter d'être toujours dépendant de financements externes, nous avons suggéré au directeur général que des crédits d'enquêtes régionales soient mis à disposition de toutes les régions régulièrement pour permettre de développer des enquêtes d'initiative régionale ou d'étendre l'échantillon d'enquêtes nationales dans des domaines sensibles et importants de la région que l'absence de soutiens financiers locaux ne permettrait pas de réaliser.

* Plus d'emplois, c'est une nécessité pour développer les travaux de l'INSEE, mais aussi favoriser les demandes de mutations de celles et ceux qui souhaitent quitter la Picardie. Moins il y aura de postes ouverts à Amiens, plus il sera difficile d'en partir. Et inversement, il faut aussi continuer d'ouvrir des postes dans les DR d'accueil potentiel : si on ne continue pas à créer des postes, notamment suite aux départs prochains en retraite, cela aura pour conséquence de freiner la mobilité et de réduire l'activité des CAP de mutation. Voici 10 ans, nous demandions que l'INSEE PICARDIE franchise le cap des 100 personnes, aujourd'hui, il nous faudra veiller à ce que le seuil des 115-120 soit maintenu. De la même façon, si notre revendication pour obtenir la création d'un emploi handicapé à Amiens a demandé 4 ans pour être satisfaite, nous poursuivrons nos efforts pour que la DR, comme toute entreprise publique ou privé et service public, contribue en ce domaine à se rapprocher du taux de 6% de travailleurs handicapés, ce qui est le simple respect de la loi.

L'action syndicale, c'est aussi l'intervention sur les problèmes locaux : une pétition du syndicat en janvier 2002 pour la location de nouveaux locaux, les places de parking, la condamnation de la société de service JPB Services pour le licenciement abusif d'une femme de ménage, etc.

De plus, le rôle d'un syndicat est de vous informer sur ce qui se passe à l'INSEE mais aussi ailleurs, car nous ne vivons pas dans un monde clos. C'est encore de vous aider à connaître vos droits et à les faire respecter. En ce domaine, les interventions, si elles sont du domaine individuel et personnel, ne manquent pas.

Enfin, le syndicat au niveau local, c'est aussi d'agir à force de propositions, de revendications et de luttes sur les grands problèmes nationaux, tels la sécu, la retraite, les salaires, les qualifications et leur reconnaissance, mais aussi les problèmes environnementaux qui doivent aussi être pris en compte au niveau local (à quand la relance des premières réflexions en ce domaine à la DR ?).

Certes, toutes les propositions, initiatives ou actions ne sont toujours synonymes de succès. En tout cas, pas toujours immédiatement. Mais, en insistant, en étant tenace, en mobilisant, cela fait toujours bouger les choses. Car, en agissant, on obtient toujours des résultats !

 

Election de vos représentants en CAP
LE 26 FÉVRIER 2004- PENSEZ À VOTER

Liste syndicale unitaire CGT - SUD

Si vous êtes absent(e) le 26 février (congés, missions, maladies, etc.), n'oubliez pas de voter par correspondance.