C.G.T. INSEE PICARDIE



Quelque points de repère

Le luddisme
ou la manifestation violente contre la mécanisation (1817 - 1828)

 

Le luddisme aurait pour origine un certain Ned (ou Fred) Ludham (ou Ludd), un travailleur mythique du Leicestershire, qui, au XVIII siècle, aurait dirigé la destruction de machines à fabriquer des bas. La fin des années 1810 corresponde à des périodes de récession et de chômage industriel, notamment en raison de l'introduction de machines à tisser. En 1817, les ouvriers des filatures de Péronne (Somme) rédigent des pétitions pour obtenir la suppression de ces machines.
Mais des actions plus violentes ont lieu. ainsi, en 1817, une grève qui échoue se transforme en émeute luddiste le 15 avril aux filatures Saly-Berlette près de Ham (Somme).

L'irruption des ouvriers agricoles dans l'action
Début du XX siècle

Après les salariés agricoles du Midi (1890-1903), les bûcherons du Centre (1890-1904), les ouvriers du Bassin parisien agissent, surtout en 1906. C'est le cas de ceux de l'Oise. Ceux qui entrent en lutte sont surtout des jardiniers, employés par les maraîchers, qui alimentent le marché parisien en fruits et légumes.

La Charte d'Amiens
ou l'affirmation de l'indépendance du mouvement syndical vis-à-vis des partis politiques (1906)

La " Charte d'Amiens " est adoptée en 1906 par la Confédération Générale du Travail (CGT) lors de son IXe congrès confédéral, qui se tenait dans une école, rue Rigollot, à Amiens. Cette déclaration solennelle réaffirme l'indépendance du mouvement syndical vis-à-vis des partis politiques et marque la prééminence du syndicalisme révolutionnaire. Elle reste un texte de référence, cité dans les débats syndicaux.


 

Retour à la page d'accueil