Salaires- carrières
Pour une réelle augmentation de notre pouvoir d'achat !

Avec votre fiche de paye de juin 2006, vous avez reçu une lettre du Ministre de la fonction publique qui, effet Coupe du monde de football ( ?), a senti le besoin de signaler qu'il existait.

Il nous cause salaires et carrières à partir d'un accord signé par des organisations syndicales minoritaires (CFDT, UNSA, CFTC) dans la fonction publique.

1°) Sur les salaires, une nouvelle perte de pouvoir d'achat programmée

Le ministre annonce :

* une hausse de 0,5% du point d'indice de la fonction publique le 1er juillet 2006,

* une hausse de 0,5% du point d'indice de la fonction publique le 1er février 2007,

* une attribution d'un point d'indice supplémentaire à l'ensemble des fonctionnaires au 1er novembre 2006 (correspondant à 0,2% de hausse en moyenne). Ce point est actuellement à 4,47 euros brut. Il atteindrait donc 4,50 euros au 1er novembre. (Rappel : pour calculer votre salaire brut, il faut multiplier votre indice par la valeur de ce point).

Rétablissons la vérité.

La hausse annoncée correspond une augmentation de 1,2% pour l'inflation prévue de 1,8% sur la période ! Donc, c'est un recul de notre pouvoir d'achat que le ministre nous annonce, qui va s'ajouter à une perte de plus de 5% depuis 2000.

En fait, de 1983 à 2006, le point d'indice a perdu 15 % de sa valeur environ par rapport à l'inflation mesurée par l'indice INSEE. Tous les niveaux de la grille indiciaire, à l'embauche, se sont effondrés, se rapprochant dangereusement du SMIC.

SMIC

Mini. Fonct. pub

C échelle 4

B

A

1er janvier 1983

100

115

123

133

175

1er janvier 2001

100

100

103

113

136

1er janvier 2006

100

100

100

105

115

Lecture du tableau : au 1/1/83, le salaire à l'embauche d'un agent B représentait 133% du SMIC. Il n'en représentait plus que 105% en 2006

2°) Sur les carrières, les omissions du Ministre

a) Catégorie C

Le ministre indique une revalorisation de 18 /mois en bas de grille et de 100 euros supplémentaires en haut de grille

Rappel de la situation actuelle

Le salaire en bas de grille de catégorie C ( échelle 3) débute en brut à 1200 euros environ. Le salaire en haut de grille de catégorie C ( échelle 5) s'achève à 1756 euros environ dans le meilleur des cas. Le tout étalé sur 27 ans.

Pour l'essentiel, les mesures prises pour la catégorie C ne permettront que de maintenir le minimum Fonction publique au-dessus du niveau du SMIC.

En échelle 4 (adjoint administratif), les agents des échelons 1 à 3 actuels bénéficieront de 1 à 4 points d'indice supplémentaires, soit de 4,48 euros à 17,90 euros (en brut). Un 11ème échelon est créé (367 majoré), ouvert aux agents ayant au moins quatre ans d'ancienneté dans le 10ème échelon (351 majoré). Gain : 16 points, soit 71,62 euros.

Les agents des échelons entre 4 et 9 et ceux ayant moins de quatre ans d'ancienneté dans le 10ème échelon ne bénéficieront donc de rien.

En échelle 5 ( AAP 2ème classe), les agents des 1er et 2ème échelons actuels bénéficieront de 1 et 4 points d'indice supplémentaires, soit 4,48 euros et 17,90 euros. Un 11ème échelon est créé (391 majoré), ouvert aux agents ayant au moins quatre ans d'ancienneté dans le 10ème échelon (378 majoré). Gain : 13 points, soit 58,05 euros.

Les agents des échelons entre 3 et 9 et ceux ayant moins de quatre ans d'ancienneté dans le 10ème échelon ne bénéficieront donc de rien.

L'échelle 6 est le résultat de la fusion du Nouvel espace indiciaire (NEI) et de l'Espace indiciaire supérieur (EIS). Cette nouvelle échelle crée un indice supplémentaire (415); elle ne concernera dans le cadre actuel qu'un nombre réduit d'agents.

b) Catégorie B

La seule mesure envisagée concerne le premier grade de la catégorie B ( contrôleur 2ème classe, indices majorés 290 à 462). Les neuf premiers échelons bénéficieront de gains allant de 4 à 16 points (majorés). Cette mesure, insuffisante et parcellaire, contribue à un écrasement supplémentaire de l'amplitude de carrière de la catégorie B puisqu'il n'y a aucune revalorisation du reste de la grille

Aucune amélioration des grilles de contrôleur 1ère classe et principal

c) Catégorie A

L'indice terminal du premier grade attaché passe de l'indice brut 780 à 801.

d) Catégories A et B

Les agents bloqués depuis plus de 5 ans dans le dernier échelon de leur grade, une prime annuelle de 400 euros pour les B et 700 euros pour les A est instituée pour les années 2006, 2007 et 2008. Ce type de mesure indemnitaire est caractéristique du refus d'améliorer les déroulements de carrière et n'apporte rien au niveau des retraites.

­­­­­­

On le voit : rien n'est résolu, ni pour les salaires, ni pour les carrières

Sur les salaires, pour retrouver un salaire équivalent à celui de 1983, le point d'indice devrait être porté à cinq euros minimum.

Sur les carrières, alors que vos qualifications, votre compétence ont augmenté, il n'y a pas eu de refonte générale des grilles indiciaires depuis 15 ans. Pourtant, il est temps de reconstruire des grilles indiciaires tenant compte de l'expérience professionnelle des salariés.

­­­­­­

Pourtant, augmenter les salaires est possible ! Quelques exemples montrent qu'il y a de plus en plus d'argent mais qu'il est de moins en moins bien réparti.

INSEE Première, mai 2005, sur les comptes de la nation 2005
Le profit (excédent brut d'exploitation ) réalisé par les entreprises en 2005 s'élève à 259 milliards d'euros. Les revenus versés aux propriétaires des sociétés, les actionnaires, ont été de 87 milliards d'euros.

Autres éléments :
Entre 1983 et 2003, les dividendes versés aux actionnaires par les sociétés ont été multipliés par 9 quand le taux horaire du SMIC a été multiplié par 2. Les profits des grandes entreprises françaises ont progressé de 33% en 2005. La France est au premier rang européen des rémunérations des dirigeants d'entreprise, mais au 14ème rang pour le salaire médian des salariés.

Comme quoi il y a vraiment des ressources pour augmenter les salaires !