Syndicat C.G.T.
INSEE PICARDIE

Visite agitée de P. Champsaur à Amiens

La visite du directeur général de l'INSEE à Amiens le 30 mars ne devait être qu'une visite " technique ", dont le sujet était " l'Action régionale ". Eh bien, le personnel de l'INSEE PICARDIE a pris au mot P. Champsaur : il voulait de l'action régionale, il en a eu !

Cette journée d'action du personnel a pris différentes formes :

· présence importante au rassemblement pour l'accueil du directeur général à son arrivée (une cinquantaine de personnes sur un effectif total de la DR de 90)

· participation massive à la grève de 24 heures (60%) au point que seule une trentaine de personnes, dont la dizaine de cadres de la DR, étaient présentes dans l'établissement. Ainsi, de nombreux services étaient totalement fermés tels le bureau d'information, le standard, l'informatique, la régie, le pôle de compétence CNGP, etc.

· soutien financier à la grève par celles et ceux qui étaient au travail

· participation nombreuse à la rencontre de dialogue social de l'après-midi avec le directeur général

· contribution à la préparation de cette journée (banderoles, pancartes, logistique, etc.).

Bref, d'une manière ou d'une autre, la presque totalité du personnel de l'INSEE PICARDIE a participé, chacun à sa manière, au succès de cette journée. Du coup, force est de constater que, grâce à cette participation active, les préoccupations du personnel de la direction régionale (DR) sont devenues un des sujets majeurs de cette journée et n'ont pu ainsi être ignorées.

Cette mobilisation a déjà contraint les directions générale et régionale à mieux prendre en compte le point de vue du personnel de l'INSEE PICARDIE. D'ailleurs, M. Champsaur, averti de ce qui se préparait pour sa visite à Amiens, a pris le temps de s'exprimer un long moment devant le personnel rassemblé à son arrivée. A cette occasion, il s'est notamment senti obligé de faire geste, en déclarant que SIRENE quitterait Amiens et que les travaux de substitution (enquêtes entreprises, enquêtes ménages, etc.) commenceraient avant la fin 2001, alors que cette date n'avait jusqu'alors jamais été confirmée officiellement. Cela faisait deux ans que le départ de SIRENE d'Amiens avait été annoncé, mais comme aucun calendrier n'était avancé, toute mobilité interne à la DR était bloquée depuis ! Par conséquent, si le principe du départ de SIRENE n'était pas initialement souhaité, la date du départ était elle, en revanche, très attendue par le personnel.

Lors de la réunion syndicat CGT - direction, le directeur général a également dit que la direction générale (DG) examinera avec un préjugé positif les demandes de nouveaux travaux et de pôles de compétence que pourrait formuler Amiens. C'est d'ailleurs un des enseignements de la visite de M.Champsaur : il dit clairement que c'est à la direction de la DR de lui faire des propositions pour développer les travaux de l'INSEE PICARDIE. D'où l'intérêt de continuer à faire pression localement pour que ces propositions, que nous ne cessons de réclamer, voient le jour et se concrétisent.

Parallèlement, le directeur général a refusé de revenir sur la décision de suppression du pôle de compétence CNGP (Centre National de Gestion des Publications INSEE) d'Amiens, mais s'est montré incapable de définir les nouvelles tâches et l'organisation dévolues à Amiens dans le cadre du projet de la DG de réorganisation de cette activité. Cela confirme que les postes qui y seront offerts seront, sans doute, beaucoup moins qualifiés et intéressants que ceux existant jusqu'alors au CNGP. De plus, c'est au directeur régional de définir les nouveaux postes de travail nécessaires à compenser l'insuffisance de travail qu'offrira Amiens suite à la disparition du CNGP.

Enfin, le directeur général s'est voulu rassurant sur la réforme OCRE et ses conséquences. Ainsi, il a affirmé que les évolutions en cours étaient certes génératrices d'inquiétudes mais positives et que rien n'était figé puisqu'une deuxième phase de réflexion allait être engagée. A propos des centres d'appel et du rappel de la position du personnel d'Amiens qui tient au maintien de toute la réponse téléphonique et écrite dans la DR ainsi que le maintien de l'accueil physique pour tous les demandeurs, M.Champsaur a affirmé que seul le centre d'appel sur les indices faisait, pour lui, l'objet d'un consensus, tandis que les autres n'étaient que des hypothèses.