Syndicat C.G.T.
INSEE PICARDIE

 

Audit du CNGP
Le 15 février 2001

Tout ce que le directeur voulait cacher

Le rapport sur le CNGP, intitulé " Etude du fonctionnement de la gestion des abonnements et des ventes par correspondance des produits nationaux de l'INSEE " est prêt depuis le 1er février. Il est arrivé à Insee Infos Services (IIS) et la DR de Picardie vers le 8 février. La CGT Insee Picardie, informée de sa sortie par IIS, en a demandé communication. Refus de la direction de la DR. De toute évidence, ce qui intéresse le personnel de l'Insee Picardie, en premier lieu celui du CNGP, n'est pas bon à dire. Aussi, nous nous sommes procurés ce rapport à Paris, le syndicat étant une nouvelle fois le seul moyen de communication libre. Et on a compris pourquoi la DR n'était pas pressée de dire la vérité

La suppression programmée du CNGP

En effet, il est simplement proposé de supprimer la gestion des abonnements à Amiens d'ici un à deux ans et de n'y laisser que la gestion des stocks (Etouvie). En clair, on supprime 5 postes de travail. Partout ailleurs, la DR aurait déjà réagi. A Amiens, on préfère se taire. Ce silence est-il synonyme d'approbation ou, pire, de complicité ?

En fait, le résultat n'est pas une surprise. Nous avions signalé dès l'annonce du projet " d'audit "son caractère incongru. D'abord, il avait été demandé par un service de la DG, qui plus est, demandait l'examen d'un pôle de compétence. Du jamais vu !

Un rapport partial

De plus, l'audit s'est vite révélé ne pas en être un. En effet, pour lui donner un aspect d'audit, on a enrôlé un membre de l'Inspection générale. Mais là encore, exceptionnellement, on lui a adjoint un " expert ", membre de IIS, le demandeur initial de l'audit ! Autrement dit, l'équipe chargée de l'audit est à la fois juge et partie. On ne s'étonnera donc pas de la partialité du rapport.

Sachant cela, on est moins surpris de certaines " conclusions ". D'abord, les problèmes évoqués depuis longtemps par le CNGP (informatique, mauvaise gestion nationale des publications, etc.) ne servent qu'à justifier la décision finale, déterminée à priori ! En revanche, on cherchera en vain dans le rapport les raisons qui ont fait que la DG s'est montrée pendant des années incapable de les régler.

De même, le rapport souligne à plusieurs reprises les vertus de l'équipe de vente par correspondance (VPC) de IIS, mais s'étonne que les récriminations des acheteurs reçues au CNGP se déroulent rarement dans un climat de tension. Il n'est pas venu à l'idée des auteurs de ce rapport que, bien qu'étant étrangers aux problèmes qui leur étaient exposés, les agents du CNGP effectuaient eux aussi un travail correct.

La convention du pôle de compétence serait tombée en désuétude

Enfin, les auteurs du rapport ne se sentent tenus par les engagements du comité de direction de la DG ! En effet, ils affirment que la convention créant en 1995 un pôle de compétence CNGP à Amiens " est tombée en désuétude " ! D'où, sans doute, leur façon de considérer le CNGP comme un simple service d'IIS pour décider ce qui leur semble bon. De toute évidence, pour eux, la signature des représentants de la DG au bas de cette convention ne pèse pas lourd.

D'ailleurs, cette liberté de décider à la place de la hiérarchie se retrouve à d'autres moments. Ainsi, pour justifier la liquidation du CNGP à Amiens, les auteurs n'hésitent à s'appuyer sur des décisions non encore prises, comme la suppression de la commercialisation de toutes les revues ayant moins de cinq cents abonnés, c'est-à-dire une majorité des revues de l'INSEE ! Encore une fois, ce rapport n'a rien à voir avec un audit. Il s'agit souvent d'un avis fait par IIS pour IIS !

Et d'une rigueur scientifique à toute épreuve ! Par exemple, les problèmes de diffusion postale étant peu fréquents à IIS, ceux du CNGP ne peuvent être dus qu'à un problème de la Poste à Amiens. Une affirmation totalement gratuite et naturellement non vérifiée.

Autres arguments " massue " pour justifier la fin du CNGP à Amiens : il vaut mieux donner les tâches du CNGP à l'équipe VPC (3 personnes seulement) de IIS car elle serait " proche de l'actualité de la diffusion nationale " ( !). Mais la taille idéale de la future équipe chargée de gérer la VPC et les abonnements serait de 5 personnes, c'est-à-dire juste celle de l'équipe du CNGP ! De même, l'argument choc pour mettre tous les stocks de l'INSEE à Amiens est qu'il n'y a plus de place à Paris ! Il suffisait d'y penser.

D'autres possibilités

Naturellement, le rapport n'a pas un mot sur les conséquences de ses préconisations, à savoir la suppression de 5 postes de travail de gestion des abonnements à Amiens !

Pourtant, on peut éviter cela. Il suffit de reprendre l'ensemble du rapport et, avec simplement un peu moins de partialité et de parisianisme, on pourrait tout aussi bien suggérer qu'Amiens, en tant que pôle de compétence déjà reconnu, récupère l'ensemble de la gestion des publications INSEE et participe même au développement du Web Commerce.

Nous demandons que ce soit la position défendue par la direction de la DR, qui doit faire connaître au plus vite son avis au personnel sur ce rapport confidentiel, puisque, contre son plein gré, il est public depuis ce matin !