Syndicat C.G.T.
INSEE PICARDIE

LE COLLIMATEUR
Audit du CNGP
25 avril 2000

La Direction de la Diffusion et de l'Action Régionale (DDAR), a demandé le 20 mars dernier à l'Inspection générale un audit du CNGP. Pour justifier cette demande, elle avance des arguments qui se caractérisent par une méconnaissance du dossier, une mauvaise foi évidente et, surtout, un dénigrement injurieux du personnel du CNGP.

D'abord, l'audit trouverait une première origine dans la réorganisation de la DDAR qui aurait " sensiblement modifié la nature des relations entre le CNGP et la DDAR ". Pourtant, les missions du CNGP sont clairement définies par la convention qui en a fait, en 1995, un des pôles de compétence de l'INSEE. Aussi, toutes les réorganisations internes de la DG ne peuvent en aucun cas modifier ces missions, d'autant que le rôle du CNGP est très spécifique.

Encore faut-il le savoir ! Tel ne semble pas être le cas de la direction de la DDAR. Cela n'est pas étonnant quand on sait que, dans sa demande, elle limite les fonctions du CNGP à la simple gestion des stocks des publications de l'INSEE, faisant abstraction de tout le travail de contact et de suivi avec le public de ces publications ! Cela permet de mesurer le degré de méconnaissance du sujet !

Mais, à l'évidence, cela importe peu à la direction de la DDAR. Car, pour elle, l'unique chose que doit mettre en évidence cet audit, ce sont les responsabilités du CNGP et ses dysfonctionnements qui " auraient pu contribuer à la forte baisse du nombre d'abonnés " à nos revues. Ainsi, pour la DDAR, l'accusé est clairement défini à priori : c'est le CNGP. Pas question de se demander, par exemple, si le contenu et la forme de ces publications pouvaient en être responsables, ou bien encore la nouvelle organisation de la DDAR.

Poursuivant sa " logique ", la direction de la DDAR, dans sa demande, fournit même une " piste " pour en trouver les causes : l'inaptitude du personnel du CNGP. Elle le dit explicitement (le personnel est-il apte ?) mais aussi indirectement par des questions du genre " les clients (comprendre nos publics) sont-ils bien servis " ou encore " les instructions de la section logistique commerciale de la DG sont-elles clairement et efficacement définies et mises en oeuvre ". Mais pas question de se demander si elles sont bonnes !

De tels propos mettent ainsi ouvertement en cause le personnel, tout en refusant d'examiner sérieusement les véritables causes de la baisse de nos ventes (contenu, délais, prix, promotion, etc.). La seule piste autre évoquée dans la demande concerne les (nombreux) dysfonctionnements informatiques, souvent dénoncés par le personnel du CNGP. Mais cela n'a été rajouté qu'à la demande de la direction de l'INSEE PICARDIE.

Cela pose d'ailleurs le problème de la position de la DR. C'est la première fois que la DG se permet de dicter sa loi à un pôle de compétence, remettant de fait en cause la tutelle des directions régionales sur leurs pôles et leur personnel. Aussi, la DR doit réagir en refusant cette attitude et la mise en cause arbitraire de son personnel. Il faut donc qu'elle dénonce clairement cette proposition d'audit. Les arguments ne manquent pas. En plus du fait que la demande d'audit place d'office les agents du CNGP en position d'accusés, on peut noter dans cette demande des " explications " des dysfonctionnements aussi " scientifiques " que " le hangar d'Etouvie est situé dans une zone peu avenante " !!! Cela montre tout le sérieux de cette demande.