Syndicat C.G.T.
INSEE PICARDIE

 

Compte rendu de la réunion Syndicat CGT - Direction de l'INSEE PICARDIE du 5 décembre 2001

 

1°) Programme de travail 2002 de l'INSEE PICARDIE

L'objet n'était pas d'examiner les fiches du programme de travail 2002 de l'INSEE en détail PICARDIE puisque nous n'en avons toujours pas eu connaissance officiellement. Malgré tout, les réactions recueillies dans différents services amènent à se poser la question des moyens pour la réalisation de ce programme. En effet, la charge de travail prévue paraît nécessiter de renforcer les effectifs de certaines divisions. Nous avons notamment demandé que soient examinés les besoins de la cartographie, de la documentation (dont le PAT reconnaît l'insuffisance des moyens), du CNGP (à condition de définir avant clairement ses missions et de fournir du travail en conséquence), des enquêtes ménages (après un premier bilan de la mise en place de la division), des études, de certaines divisions du SAR (en fonction des tensions liées notamment à la réduction du temps de travail), etc.

Par ailleurs, compte tenu de l'évolution de certains travaux ou des besoins de certaines tâches, nous avons souhaité que soient définies de temps en temps des missions qui permettent de rassembler des personnes de la DR de services différents pour réaliser des travaux ponctuels. Cela rentre aussi dans le cadre d'un renforcement de la coopération entre services.

Nous avons enfin demandé qu'une étude approfondie soit faite des besoins des demandeurs régionaux et locaux afin d'adapter au mieux nos travaux. Avant de " porter l'offre ", comme le préconise OCRE, il est en effet nécessaire de connaître la demande des Picards, dans leur ensemble.

Réponse de la direction : La direction de la DR convient qu'il sera nécessaire de renforcer des équipes, mais elle est dans l'attente des choix qui seront faits pour le recensement rénové de la population (RRP) ( c'est le cas pour la cartographie) ou de la montée en charge des travaux (enquêtes Ménages et CNGP). En revanche, elle envisage le renfort des divisions des études et d'OLEE, mais refuse de mettre une personne de plus à la documentation.

Elle est d'accord avec l'analyse de la demande régionale, qui doit même être une priorité et faire partie de la démarche générale de la direction régionale. Par ailleurs, un prochain comité de direction examinera les moyens de favoriser les coopérations entre services et divisions. " Il faut faire tomber les obstacles, les cloisonnements et les rigidités " a dit le directeur

Ce fut aussi l'occasion pour la direction de faire part de son souhait de " rebattre les cartes " au sein de la catégorie B dans la DR. Il s'agit de profiter des nouveaux travaux pour redéfinir les rôles, les affections en tenant compte des " profils " et des attentes. La direction s'est aussi félicitée que la mise en place de la réduction du temps de travail était une occasion de " réévaluer le statut de chef d'unité ".

Observations : nous continuons à maintenir notre souhait de la nécessité d'un renfort rapide et conséquent à la documentation où les besoins existent déjà depuis un moment et de la définition rapide des nouvelles missions du CNGP, demande toujours sans réponse depuis des mois, ce qui n'est sans effet sur le travail du personnel. Comme il a été dit à l'époque : on sait ce qu'on perd, mais on ne sait pas ce que l'on gagne. C'est toujours vrai.

D'autre part, pour les affectations de B, s'il est exact que les attentes sont fortes, reste à savoir ce qui sera privilégié entre le profil et les souhaits des personnes d'autant que l'expérience montre que les descriptions de poste à profil ont parfois servi à privilégier certaines mutations et que, au contraire, certaines personnes, dont on estimait qu'elles n'avaient pas le profil du poste, ont pourtant très bien réussi depuis dans leurs nouvelles fonctions.

Enfin, s'il est bien de prendre en compte les souhaits des B, il faut le faire aussi pour les C.

2°) Réduction du temps de travail

La direction a fait part de son souhait, à terme, de réduire la durée de travail " comptabilisée " à 9 heures par jour à la DR au lieu de 10 actuellement (temps légal) et de ne plus accorder que 3 demi-jours de récupération par mois, jugeant illégal tout système qui en accorde plus. Toutefois, la direction n'envisage pas de révision du règlement intérieur dans l'immédiat et privilégie d'abord un examen de l'évolution de la situation dans les prochaines semaines avant toute prise de mesures. La direction ne s'oppose pas à la " fermeture " de divisions à certains moments.

Par rapport aux récupérations, elle sera attentive aux comportements " non coopératifs " au sein des divisions et demandera aux chefs de divisions une attention particulière sur la pratique de gestion du temps. Cette position de la direction repose sur le fait qu'elle considère que le système de récupération crée des inégalités et est déloyal par rapport à ceux qui n'en prennent pas. Mais, dans ce raisonnement, la récupération est assimilée aux congés et, ainsi, nous aurions 66 jours de congés par an (42 jours + 24 (12*2) jours de récupération).

Réponse syndicale :Cette approche de la RTT est essentiellement comptable. A aucun moment, il n'est fait référence à la nécessité de réfléchir à l'organisation du travail et à sa planification. Nous avons cité des exemples où, lorsque c'était affiché à l'avance, le système de récupération fonctionnait. Et si cela crée des difficultés, il faut les identifier et les résoudre dans les services concernés. On a tendance à demander des mesures générales alors qu'il faut d'abord essayer de régler les problèmes particuliers.

Par ailleurs, il est facile de dénoncer les " abus " quand la mesure satisfait les agents et de les permettre lorsque cela arrange la direction. Ainsi, lors de travaux comme le recensement de la population ou la reprise après la saisie de bulletins du recensement (RBI), il fallait travailler sans s'arrêter pendant une période, puis prendre un maximum de congés après ! Là, ce n'était pas grave de n'être jamais là.

De même, il faut savoir que la réduction de la journée de travail comptée à 9 heures n'empêche pas la récupération : en effet, en faisant 9 heures par jour pour une journée légale de 7H30, en 3 jours, le temps pour une récupération peut être acquis. En revanche, il ne faudra plus demander au personnel de rester plus de 9 heures de travail dans la journée, puisque au-delà, tout serait écrêté, même s'il y a un travail urgent à finir. Enfin, les déplacements sont source de récupération. Aussi, va-t-on en venir à décourager les missions ou les formations, même s'il nous paraît souhaitable qu'un maximum de formations se fasse à la DR ? Par conséquent, la mesure n'apporte pas grand chose, au contraire.

Observations : En fait, il faut savoir que cette mesure des 9 heures n'est pas un hasard quand on sait que, sur 6 DR l'ayant adopté, 3 appartiennent à l'inter région Nord-Est (Lille, Nancy, Strasbourg). De plus, cette mesure ne peut être adoptée que s'il existe un accord des syndicats ou un vote favorable du personnel.

Enfin, hormis Marseille, toutes les DR ont plus de 3 demi-jours de récupération. Cela va même jusque 4 jours à la DR de Saint-Quentin-en-Yvelines ! On est loin des propositions de la direction.

3°) Locaux

Il est envisagé l'accueil de 22 à 25 personnes supplémentaires à l'INSEE PICARDIE d'ici 2004, dont 13 en 2002. Se pose la question des locaux pour les accueillir, à laquelle nous avons ajouté la nécessité de prévoir des crédits de mobiliers, micro-ordinateurs, places de parking, etc.

Réponse de la direction : Trois solutions s'offrent : récupérer les locaux des services sociaux, réaménager les locaux actuels, louer de nouveaux locaux. La première a été écartée.

La direction privilégie la solution d'une réorganisation en interne dans les actuels locaux, prévoyant d'envoyer un maximum d'archives et de matériels stockés à Etouvie et de créer une salle de réunion au sous-sol et un local RRP. Pour elle, la DR peut ainsi accueillir 22 personnes en plus ! Cependant, vu les délais pour avoir les crédits et faire des travaux, une demande de location de locaux au 3 de la rue Vincent Auriol a été faite. Pas de réponse encore de la CCI d'Amiens, mais une relance sera faite quand la hausse des effectifs de la DR sera confirmée (nouveau CTP prévu en janvier 2002). Mais, dans l'esprit de la direction, cette location ne serait que provisoire, le temps de l'aménagement des locaux actuels.

La question de l'augmentation des places de parking pose encore problème à la direction, peu favorable à en faire la demande.

Observations : si un réaménagement des locaux actuels est possible, il ne peut résoudre tous les problèmes. En particulier, nous souhaitons que les choix faits soient d'abord dictés en considérant les coûts de l'ensemble de l'opération et l'organisation des services. Ainsi, vider tout le sous-sol pour y mettre une salle de réunion et un bureau de travail n'est pas une solution satisfaisante car elle crée d'autres problèmes (archivage, mobilier, respect des règles ergonomiques de travail, etc.) Il est aussi important d'associer toutes les personnes concernées par le problème à la réflexion et pas seulement le comité de direction. Enfin, le parking ne peut être dissocié des locaux : si les 25 nouveaux ont une voiture, le parking va devenir digne de Paris aux heures de pointe !

4°) Divers

* Nous avons demandé à être informés des causes des alarmes qui se sont déclenchées de façon imprévue ces derniers temps. Réponse en attente

* Nous avons demandé l'installation d'une ligne Internet pour le deuxième formateur Internet et regretté la disparition de la ligne en libre service à la documentation, mesure non annoncée. Pour la première remarque, la direction réfléchit. Pour la seconde, elle justifie la mesure par le fait que ce poste de libre-service était incompatible avec la charte de l'INSEE sur l'utilisation de l'informatique, charte aujourd'hui pourtant inapplicable car tout contrôle est illégal. C'est d'ailleurs pourquoi la direction générale va rédiger une circulation d'application de cette charte.

* Nous avons demandé l'achat d'un lecteur DVD par la DR. Accord de la direction.