Syndicat CGT
INSEE PICARDIE

Compte rendu de la réunion Syndicat CGT -Direction de l'INSEE PICARDIE du 10 janvier 2001

1°) Budget

Fin octobre 2000, il restait au budget de l'INSEE PICARDIE 555000 francs. Fin décembre, il restait environ 8500 francs Cela signifie qu'en plus des dépenses programmées, l'excédent prévu d'environ 300000 francs a été dépensé. Pour l'essentiel, ces 555000 francs ont servi à l'achat de fournitures (176000 francs en papier, enveloppes, consommables informatiques et fournitures de bureau), de mobilier (82000 francs), de matériel informatique (50000 francs), de " sécurité " (426000 francs achat du système de caméra du 1 rue Vincent Auriol). En parlant de sécurité, nous avons rappelé notre souhait de voir les travaux des escaliers intérieur et extérieur de la DR réalisés. Ils le seront en 2001.

Pour 2001, le budget de la DR sera d'environ 1919000 francs. Il semble que les postes loyers et formation ont un peu augmenté. A noter qu'il faudra être attentif à certains postes en fonction des nouveaux travaux de 2001. C'est le cas par exemple des frais de déplacements pour tout ce qui est enquêtes (entreprises et ménages), dont la charge de travail va s'accroire au cours de l'année et dont le budget initial risque d'être insuffisant.

2°) Frais de déplacements

Une double modification va intervenir en 2001. D'une part, c'est désormais chaque DR qui payera l'ensemble des frais de mission de ses agents. Aussi, l'ensemble des avis de réunion, ordres de mission, etc. devra sortir de l'application gestion des crédits de la DR. Cela risque de poser des problèmes lorsque, par exemple, l'avis de réunion se fait attendre (et ce n'est pas rare !). Tout sera alors bloqué. Cela signifie aussi que ce sont les DR qui payeront les formateurs nationaux qui sont de leurs DR.

D'autre part, la DG, en application du décret sur les déplacements de septembre 1999 suspendu depuis et dont la CGT a demandé l'abrogation, a délégué le marché des déplacements à Havas Voyages à compter de début mars. Cela signifie que c'est ce voyagiste qui s'occupera des tickets de transport et des réservations d'hôtel.

Nous avons demandé les conséquences de la mise en place de cette organisation. Sera-t-il toujours possible, par exemple, de revenir chaque soir à Amiens lors d'une formation de plusieurs jours à Paris ou Lille ? Oui, semble-t-il. Comment se feront les réservations d'hôtels par Havas (prix, localisation, etc.) ? Que se passe-t-il si les convocations arrivent tard (8 ou 15 jours avant la réunion et, dans ce cas, avoir une chambre paraît difficile) ? Pas de réponse sauf à espérer que le système d'avances, de billetterie et de réservations proches du lieu de convocation fonctionne bien. Sinon, il ne faudra pas s'étonner du refus d'effectuer des formations ou d'aller en réunion. Nous avons demandé aussi qu'une information du personnel soit effectuée avant la fin janvier.

3°) Travaux

a) Conjoncture régionale

Nous avons demandé quelle était la position de la DR en matière de conjoncture régionale. En effet, l'équipe de la DR chargée de la Conjoncture régionale s'est investie dans les tests pour obtenir les résultats des enquêtes de Conjoncture régionale selon la nomenclature d'activité NAF. Aujourd'hui, alors que le produit est presque prêt, la DG annonce qu'elle ne financera plus les extensions d'échantillons régionales, ce qui limitera la représentativité des résultats. Mais surtout, elle va privilégier l'exploitation des résultats de l'enquête nationale de conjoncture en la pondérant simplement de coefficients régionaux (voir " un exemple concret d'application d'OCRE : la suppression programmée des enquêtes de conjoncture régionale " sous la rubrique " Notre avis sur les réformes de l'INSEE " sur le site Internet de la section CGT de l'INSEE PICARDIE (*)). A terme, cela devrait remplacer les enquêtes de Conjoncture régionale.

Or la DG veut imposer cela sans tester la pertinence de ce changement.

La direction de l'INSEE PICARDIE attend la position officielle de la DG. Cependant, elle a déjà envoyé une lettre sur le sujet. Sa position est qu'il n'y ait pas de rupture de prestation sur la Conjoncture régionale au niveau de la DR et elle souhaite que l'on mesure la part de l'influence locale dans l'évolution de la conjoncture nationale. Aussi, par assurer la jonction, la DR n'hésiterait pas, si besoin est, à financer à la place de la DG, l'extension de l'échantillon. Mais, si la DG offre la possibilité d'utiliser une pondération des enquêtes de conjoncture nationale avec des séries rétropolées, la DR utilisera ce travail à la place des enquêtes.

b) Départ de Sirène

Nous avons souhaité connaître le calendrier, les modalités et les formations pour les nouveaux travaux, les modalités pour la mobilité des personnels et l'organisation d'une campagne de mutation interne.

Aucune décision sur Sirène et les nouveaux travaux ne sera officielle avant la mi 2001, où la réorganisation de Sirène entre DR sera annoncée lors d'un comité technique paritaire (CTP). Il faut également attendre le rapport de l'audit sur le transfert de Sirène Caen à Rouen (début 2001). Aussi, les nouveaux travaux n'arriveront au mieux qu'au début du 4ème trimestre. Par ailleurs, la direction de l'INSEE PICARDIE a confié au chef de SES un travail de réflexion pour préparer l'arrivée de ces nouveaux travaux.

Nous avons souligné le problème de la nouvelle Enquête Emploi en continu (EEC) qui commence en juillet et qu'il serait bon que l'INSEE PICARDIE la suive dès son démarrage. De même, nous avons réitéré notre demande d'une présentation au personnel de la DR des nouveaux travaux, notamment les enquêtes Ménages, et la nécessité que les formations à ces travaux se fassent à Amiens.

La direction est d'accord sur le principe des formations à Amiens. Pour permettre une mise en œuvre rapide des nouveaux travaux, elle propose d'organiser une campagne de mobilité en mai juin (rappel de la priorité d'affectation pour ceux qui perdent leur travail), qui serait précédée plus tôt d'un appel d'offre à la catégorie B pour les postes de chefs des divisions ménages et OLEE. Cela permettrait notamment au chef Ménages de suivre la mise en place de l'EEC.

Nous avons aussi demandé s'il était nécessaire de passer à Sirene 2, compte tenu du départ de Sirène d'Amiens, du retard de la mise en place de Sirène 2 (mi-mars) et du maintien de la double application jusqu'en juillet. La direction convient qu'il est difficile de s'investir dans un nouveau travail qu'on va abandonner un peu plus tard, mais pense que c'est une bonne introduction à HTML Internet. Nous pensons que cet investissement n'est pas nécessaire et surtout, ne pas le faire est un moyen de pression pour s'assurer l'arrivée rapide des nouveaux travaux.

c) CNGP

Le rapport d'audit sera disponible vers la fin janvier. La direction n'a pas souhaité intervenir dans son élaboration et s'est contentée de fournir les éléments d'évaluation. Cependant, la direction a noté une évolution positive des contacts avec Insee Infos Services.

d) OCRE

Nous avons souhaité avoir l'avis de la direction, notamment sur certains aspects inquiétants tels l'avenir des fonctions d'accueil et de documentaliste ou encore les relations PSAR-DR et la place des petites DR. Par ailleurs, nous avons demandé la création d'un nouveau pôle de compétence à Amiens pour consolider la place de la DR dans le réseau des DR de l'INSEE et favoriser l'attractivité et la technicité de la DR. En effet, les pôles actuels sont soit temporaires (Bassin parisien), soit peuvent être remis en cause (CNGP suite à l'audit, Insee en Direct dans le cadre d'une réforme possible des publications et PAO).

La direction indique qu'elle n'est pas opposée au maintien des points d'accueil, mais souhaite les moderniser et en faire des lieux d'échanges et de débats (conférences). Pour ce qui est de l'évolution de la diffusion à l'INSEE, elle n'a pas d'informations, mais pourrait avoir des échos des travaux du groupe qui étudie le sujet lors de la réunion des directeurs régionaux fin janvier. Pour les pôles de compétence, elle pense que celui du Bassin parisien, s'il manque aujourd'hui de retombées pour la DR et de relations avec le réseau de l'INSEE, est un exemple de ce qu'elle souhaite faire : c'est du " front-office " qui permettra de démontrer les compétences de la DR et il devrait avoir à terme des retombées pour la DR (travaux pour le SGAR de la Préfecture et le Conseil économique et social). La direction n'exclut pas à terme un nouveau pôle à Amiens.

e) Informatique

Nous avons demandé à la direction son avis sur les nouvelles orientations de l'informatique régionale et sur les possibilités d'être DR test de certaines applications.

La direction précise que la nouvelle tendance est de revenir à une direction unique à l'informatique en région, mais elle n'en fait pas une question de principe. Elle rappelle que les informaticiens sont " des agents de l'informatique et de la DR " et qu'elle n'est pas opposée que la DR de Picardie fasse ces tests à condition que l'engagement à prendre vis à vis des CNI ne soit pas irréversible et que l'on donne toujours priorité aux travaux de la DR. Le chef du SAR étudiera la question.

4°) Effectifs

Nous avons demandé l'embauche d'un agent de service, compte tenu de la réussite au concours de l'agent de service de la DR et du départ prochain de l'objecteur de conscience. La direction examinera la question.

5°) Points divers

a) Dans le cadre de CTP ministériel du 21 décembre 2000, le ministre de l'Economie, des Finances et de l'Industrie a annoncé que les personnels de son ministère bénéficient désormais d'une heure supplémentaire d'information mensuelle syndicale par trimestre.

b) Il va se créer au niveau de la région une coordination locale interministérielle regroupant des représentants des administrations et des représentants syndicaux des personnels. Les thèmes de sa compétence n'ont pas été communiqués. A suivre.

c) Soft : le compte rendu de la réunion des chefs SAR de décembre indique à propos de Soft que " subsiste la déclaration à faire à la CNIL … " !!! Nous avons demandé des éclaircissements sur cette phrase car nous avions déjà abordé ce thème en février dernier et on nous avait assuré que le nécessaire avait été fait. A suivre (bis)

d) Squat à la DR. Un ancien directeur de la DR a passé les fêtes à profiter du matériel et de certains agents de la DR. Nous demandons une intervention ferme de la direction pour que cela ne se reproduise pas. Il faut en effet être cohérent quand on dit que les travaux de la DR doivent prioritaires. Là, ce n'était pas le cas. De plus, les statisticiens en poste dans les ministères en Picardie ne bénéficient de tels avantages, alors qu'ils collaborent régulièrement avec la DR.