Syndicat CGT
INSEE PICARDIE

Compte rendu de la réunion Syndicat CGT -Direction de l'INSEE PICARDIE du 30 septembre 2002

La CGT INSEE PICARDIE a sollicité une réunion avec la direction sur un certain nombre de points.

1°) Parking

La chambre régionale des comptes de Picardie (CRCP) reprend les 5 places de parking qu'elle mettait à disposition de l'INSEE. Cela devrait se faire dans les prochains. Concrètement, cela ramène le nombre de places INSEE a 35, dont 4 pour les voitures de service, pour environ 70 personnes ayant une clé. Face à cette situation, la direction s'est renseignée auprès de la CCI d'Amiens sur le coût et la disponibilité d'une location de places. Elle envisage d'examiner cette possibilité pour compenser la perte des places CRCP. C'est un premier pas positif par rapport à une demande ancienne, même si cette demande portait sur un accroissement du parc de stationnement INSEE et non sur son simple maintien. Restent à savoir si des places sont actuellement disponibles et si le budget correspondant sera attribué. Autre piste envisagée par la direction : soit limiter l'accès au parking des personnels des Services sociaux, soit faire contribuer les Services sociaux aux frais de parking. A suivre.

Deux choses à noter :

- certains " accrochages " verbaux avec la CRCP semblent avoir précipités la décision de la CRCP de reprendre ses places. Sa demande était d'abord limitée à 3 places, avant de s'étendre à la totalité. Comme quoi des réactions individualistes nuisent toujours à l'ensemble de la collectivité !

- la direction souhaite décourager les accès au parking de membres de famille ou de proches de personnels de l'INSEE qu'elle dit avoir vu utiliser le parking. Comme quoi nous sommes bien surveillés !

2°) Informatique

Nous avons demandé à prendre connaissance de la réponse faite en juillet par l'INSEE PICARDIE sur l'évolution des effectifs de l'informatique à la DR d'ici 2004. Après le départ de D.Waszak et d'I.Brun, il ne reste plus que 6 personnes. La direction de la DR est d'accord avec la cible fixée par la direction générale -4 personnes en 2004- et pense pouvoir respecter cette cible par une réduction importante qui pourrait être mise en œuvre à compter de la mobilité 2004. Autrement dit, 2 des 6 personnes actuelles sont sur un siège éjectable. Jouera-t-on aux chaises musicales pour les déterminer ? Et les objectifs de travail -développement, maintenance, assistance- là dedans ? Ils brillent par leur absence, comme quoi on privilégie encore la baisse des effectifs au détriment des missions de l'INSEE.

3°) Enquêteurs

Nous souhaitions connaître le nombre d'enquêteurs ayant déclaré " s'auto-assurer " pour leurs déplacements. Il y en a 6 actuellement. Nous demandons que la direction leur rappelle les conséquences d'un tel engagement, à savoir qu'en cas d'accident entraînant des victimes, le fond de garantie des victimes se retournera contre eux et exigera un paiement immédiat ce qui entraîne souvent la perte de tous ses biens et/ou un endettement à vie ! Il est important que ce risque soit rapidement réduit à zéro.

4°) Régie

Nous avons demandé que la direction régionale prenne à sa charge les différentes assurances que doivent avoir les régisseurs pour se couvrir d'éventuels problèmes : vols, détournements de fonds, etc. La direction refuse considérant que cela peut être payer par la prime de fonction de ces agents et que le faire conduirait à contourner les normes de la comptabilité publique (ce que font pourtant certaines DR) et qu'elle s'y refuse.

5°) Entretien des locaux

Un appel d'offre pour renouveler le marché de l'entretien des locaux de l'INSEE a été lancé, l'actuel marché se terminant fin 2002. Nous demandons qu'il soit tenu compte de critères d'éthique dans le choix qui sera fait, le marché devant être attribué au mieux disant (prise en compte de tous les paramètres : qualité, prix, moyens, type de prestation, environnement social, etc.) et non pas forcément au moins disant (prix le plus bas). La direction dit comprendre mais souhaite privilégier les tarifs les moins chers.

6°) Horaires variables

La direction veut réduire la plage fixe à 4 heures, minimum obligatoire selon la loi. Aussi, elle veut fixer le début de cette plage à 9H30 au lieu de 9H, pour permettre aux " Parisiens " et à certaines personnes arrivant régulièrement après 9 heures de régulariser leur situation. Par ailleurs, elle souhaite toujours ramener l'amplitude comptabilisée de la journée de travail à 9H30 au lieu de 10H. Sur ce dernier point, nous avons réaffirmé notre opposition. En effet, le choix des horaires variables par le personnel a été fait pour pouvoir gérer son temps hebdomadaire comme il l'entend. Nous sommes attachés au maintien de cette règle.

7°) Chauffage des locaux

Nous avons demandé la remise en fonction du chauffage, compte tenu du raffraîchissement des températures. Cela pourrait être fait début octobre.

8°) Information budget 2003

L'évolution des emplois au Ministère des Finances en 2003 est de -1350 dont -55 à l'INSEE. C'est un chiffre " historique " de suppressions. Jamais une telle évolution n'avait été observée. Ce n'est pas un hasard. Il faut y voir la volonté de réduire plus rapidement encore nos missions de service public. C'est notamment un cadeau supplémentaire aux entreprises qui, en plus de baisses inefficaces de charges, vont ainsi être moins contrôlées tant du point de vue fiscal que de celui de l'environnement ou de la sécurité.